Partagez | 
 

 (harnon) la grande nouvelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peter
avatar

Faites place à la vedette
P. Harper Pan

Nombre de messages : 720
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (harnon) la grande nouvelle   Lun 27 Nov - 0:31

Rhiannon & Harper


La grande nouvelle

La nouvelle lui brule les lèvres. C'est donc elle. Pendant des semaines, des mois même, il lui a parlé. Il a passé des heures mal installé devant une porte froide à griffonner désespérément des mots sur des bouts de papier qui lui semblent bien loin maintenant. Ces instants qui l'avaient rendu si joyeux et qui avaient contribué à calmer le calvaire qu'était cette vie d'humain, ces instants n'avaient pas été partagés avec une inconnue. Etait-ce ça que les adultes appelaient le destin ? Cette force incontrôlable et indécelable qui l'avait poussé à communiquer avec celle qu'il avait tant espérer revoir.  Depuis qu'il avait compris, depuis que ce misérable Smee lui avait fait voir la vérité, il était tiraillé entre une multitude de sentiments. A la fois heureux mais anxieux. Un sentiment de joie intense mêlé à une pointe de trahison. L'impression que tout prend un sens différent et celle d'être perdu malgré tout. Retournant au Manoir après sa rencontre mouvementée avec Smee, il se remémorait tous les souvenirs qu'il avait à l'esprit. D'abord à Neverland, puis à Fantasia Hill. Avait-il manqué un mot ? L'avait-elle prévenu de sa véritable identité ? Si ce n'était pas le cas, pourquoi lui avait-elle caché son vrai nom ? Savait-elle qui il était ? Bien sur que non, c'était ridicule, il n'avait jamais parlé de qui il était. Ou l'avait-il fait ? Son esprit tourbillonnait en tout sens, incapable de s'arrêter sur une version claire des faits. Il devait bien l'avouer, il était entièrement perdu.

Instinctivement, il se rendit là où il était sur de trouver des réponses ou au moins quelqu'un prêt à l'écouter. D'un pas décidé il traversa la ville jusqu'aux portes du Manoir. Il n'y avait qu'une personne capable de comprendre. Une personne capable de le conseiller. Une personne capable de se réjouir à ses côtés. Une personne capable de répondre à ses doutes. Clochette avait toujours été sa plus grande confidente, celle à qui il disait tout, celle qui le suivait dans toutes ces aventures. Elle était, depuis aussi loin qu'il pouvait s'en souvenir, la seule personne qui avait toujours volé à ses côtés. Sa vie toute entière ne semblait pas pouvoir prendre de sens si sa petite fée n'en faisait pas partie. Et puis Clochette connaissait bien Wendy, elle savait. Ainsi, lorsqu'il poussa la porte de leur chambre, il ne doutait pas un seul instant qu'elle saurait répondre à ses interrogations, partager son bonheur.

Il la trouva étendue sur son lit et d'un geste un peu trop enthousiaste, il vint s'installer à côté d'elle en sautant sur le matelas. Attrapant son bras il la secoua légèrement, pour accentuer l'importance de son annonce. « Tink ! Tu ne devineras ja-mais ce qu'il vient de se passer. » Un grand sourire barra son visage un instant tandis qu'un peu de malice passait dans ses yeux. Si il mourrait d'envie de tout lui dire, il aimait aussi l'idée de piquer un peu sa curiosité. Il était en possession du plus gros scoop de l'histoire, elle devait le mériter. Il relâcha son bras et fit mine de s'intéresser à un magazine qui trainait par terre. « Remarque, je ne sais pas si tu mérites que je te le dise. » Il lui lança un regard en coin pour appuyer ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
R. Tinkerbell Dodderidge

Nombre de messages : 165
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Mar 28 Nov - 15:28


la grande nouvelle
harnon I

Rhiannon se massait les tempes, doucement, yeux précautionneusement fermés pour empêcher la pièce de tourner. Elle avait été bien avisée de passer une telle nuit la veille d’un jour de congé. Le soleil était trop haut, trop brillant ; elle était infiniment reconnaissante pour ses yeux d’humaine, qui en supportaient bien mieux les rayons. Elle n’avait pas vu le piège, avait sauté dedans à pieds joints. Un shot, par défi ? Evidemment. Cinq de plus, pour prouver qu’elle tenait mieux que lui ? Aucun souci. Dix shots plus tard, elle avait fini par se traîner jusqu’au manoir, avec une sale envie de dormir un peu sur le trottoir avant. Mais elle avait de la dignité, Rhi, et elle souriait encore ; elle avait eu raison, après tout, elle avait bien mieux tenu le coup que le mec en face. Elle s’était fait violence pour prendre une douche, s’habiller, s’obliger à faire rentrer un petit déjeuner dans son estomac ; ne pas prendre le risque de faire une sieste et de se réveiller dix heures plus tard. Ce nouveau corps ne la décevait jamais, fort, résistant, surtout quand elle le challengeait, quand elle le poussait à bout. Jusqu’où pouvait-elle tenir le coup ? Deux ans après sa transition, elle n’avait jamais échoué ; il suffisait d’un peu de volonté. Néanmoins, elle n’était pas non plus suicidaire : sagement logée au creux de son lit, elle attendait une bonne raison de s’animer.

Comme à son habitude, Peter vint répondre à son appel silencieux, et se laissa tomber à côté d’elle dans le lit. Sa chaleur et son énergie la firent sourire ; il avait passé une nuit moins difficile que la sienne, manifestement. Le jeune homme secoua légèrement son bras, et elle faillit protester, lui dire de ne pas trop la remuer. Mais, comme à son habitude à elle, elle lui épargna ses états d’âme et lui consacra toute son attention. « Tink ! Tu ne devineras ja-mais ce qu'il vient de se passer. » Peter avait l’air d’un enfant le matin de Noël, plus encore qu’à l’accoutumée. Ses yeux pétillaient, et il peinait à se contenir ; la nouvelle devait être grandiose. Les lèvres de Rhiannon s’étiraient en un sourire en coin, intrigué. Elle acquiesça, l’invitant à poursuivre, mais il avait déjà faussement reporté son attention sur autre chose. « Remarque, je ne sais pas si tu mérites que je te le dise. » Ils échangèrent une œillade, et le rictus de Rhi devint légèrement moqueur. Boudeuse, elle se retourna sur le côté, laissant échapper un faux soupir. « Eh bien si je ne mérite pas de savoir, tu peux me laisser me reposer tranquillement, j’imagine. » La jeune femme fit mine de bailler, et se désintéressa totalement de Peter. Quelques secondes passèrent, dans le plus grand silence, avant qu’il ne revienne à la charge, comme prévu. Sans crier gare, il sautilla légèrement sur le lit, provocant de grandes secousses qui menacèrent de faire tomber la fée par terre. Elle ricana, amusée par l’impatience de son Peter.

Décidée à jouer le jeu, elle se retourna à nouveau pour lui faire face. « Très bien, disons que je mords à l’hameçon. Qu’est-ce que tu as à me dire de si important ? Tu as un nouveau plan pour retourner à Neverland ? » Un autre plan que je pourrais saboter discrètement, rajouta Rhiannon pour elle-même. L’obsession de son ami ne s’était pas estompée, depuis le temps, au contraire, il était plus tenace que jamais.


codage réalisé par Wuthering




Dernière édition par R. Tinkerbell Dodderidge le Mar 5 Déc - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peter
avatar

Faites place à la vedette
P. Harper Pan

Nombre de messages : 720
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Mar 5 Déc - 11:51

Rhiannon & Harper


La grande nouvelle

Titiller Tink avait toujours été une activité plaisante pour Peter. Il était de ceux qui n’aimait pas dire les choses simplement mais qui avait toujours besoin de faire mourir d’impatience la personne qui se trouvait en face. Il se plaisait à être le détenteur d’une information capitale que seule sa bonne volonté serait en mesure de partager, quand cela lui conviendrait. Malgré tout, il n’était pas des plus patients et il se trahissait bien souvent à une vitesse affolante, incapable de garder trop longtemps pour lui un secret qu’il avait tout autant plaisir à partager. Surtout avec Tink. Feindre l’indifférence était du coup bien compliqué pour lui, mais il s’efforçait de ne pas exploser de joie tout de suite.

« Eh bien si je ne mérite pas de savoir, tu peux me laisser me reposer tranquillement, j’imagine. » La réponse de la fée lui fit hausser un sourcil, étonné. Il ne pensait pas qu’elle pourrait résister avec autant de facilité à son enthousiasme et à l’attrais de sa grande nouvelle. Un instant il fixa son dos, légèrement agacé par la facilité avec laquelle elle exprimait son désintérêt. Même si il l’avait bien cherché, il aurait préféré qu’elle saute de joie ou se mette à le supplier de lui accorder l’honneur d’être la première au courant. Après quelques instant pendant lesquels il conserva son calme, il se mit à sautiller sur son lit, bien décidé à en découdre, et malgré tout persuadé qu’elle faisait semblant de l’ignorer. Il était important de bien lui signifier qu’il était toujours présent. Quand enfin elle se tourna à nouveau vers lui, il retrouva son calme, victorieux. « Très bien, disons que je mords à l’hameçon. Qu’est-ce que tu as à me dire de si important ? Tu as un nouveau plan pour retourner à Neverland ? » Neverland. Comme toujours une petite lueur s’éclaira dans ses yeux à l’évocation de son paradis, pourtant très vite remplacée par un sentiment amer de déception. « Hum non malheureusement. Même si j’ai deux, trois idées en tête, rien de concret. » Répondit-il, un peu maussade en hochant la tête. Rentrer à Neverland était leur but ultime à tous les deux, il le savait. Il n’était d’ailleurs pas surpris que Tink pense d’abord à cette nouvelle. Comme lui elle attendait le jour où ils pourraient s’envoler vers leur île et retrouver leurs corps. L’enfant et la fée voletant dans les airs et vivant les plus folles aventures. Mais ce jour semblait s’éloigner de plus en plus d’eux, comme si une force invisible les empêchait de mener leurs nombreuses idées à terme.

Bien décidé néanmoins à ne pas laisser sa bonne nouvelle s’entacher, il reprit rapidement ses esprits. « Mais tu chauffes quand même. Disons que je ne sais pas comment nous ramener. » Il marqua une petite pause, les yeux rivés dans les siens, pour entretenir le suspense. Se penchant légèrement sur elle, il continua dans une voix plus mystérieuse, presque murmurée. « Mais Neverland est venu à nous tout récemment. » Un sourire ravi sur le visage, il se leva d’un bond, incapable de tenir en place plus longtemps. « Bon allez, je te donne un indice, c’est une personne. » Il la fixa quelques secondes, persuadé qu’elle pourrait trouver la réponse immédiatement. Quand celle-ci ne vint pas, il se rapprocha du lit et rajouta, avec un grand geste de la main pour appuyer son propos. « Réfléchis, qui est ce qu’on meeeeurt d’envie de revoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
R. Tinkerbell Dodderidge

Nombre de messages : 165
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Mar 5 Déc - 12:34



la grande nouvelle
harnon I

Les yeux de Peter pétillaient : l’enfant aimait gagner, capricieux et impatient, il savait que Rhi ne le laisserait pas mariner longtemps avant de se prendre au jeu. Après tout, les choses qu’elle pouvait lui refuser se comptaient sur les doigts d’une main. Néanmoins, au vu du froncement de sourcil caractéristique, la jeune femme comprit qu’il ne s’agissait pas d’un nouveau plan d’action pour retourner à la maison avant même qu’il ne lui confirme. « Hum non malheureusement. Même si j’ai deux, trois idées en tête, rien de concret. » Son expression mélancolique la peinait, mais pas assez pour s’investir sérieusement dans ses projets de retour. Il se jetait à corps perdu dans cette idée fantasque de rentrer, d’être un garçon à nouveau et de s’amuser pour toujours, et il ne doutait pas une seule seconde de ce que Rhiannon voulait, elle. Lui avait-il un jour demandé ? La force de l’habitude les retenaient-ils prisonniers à ce point que Peter ne prenne même plus la peine de s’assurer que ses envies à elle correspondaient bien aux siennes ?

La nostalgie s’effaça du visage de Peter, laissant place à l’excitation de la nouvelle qu’il voulait lui annoncer. Si ce n’était pas en lien avec leur possible retour à Neverland, la curiosité de Rhi était réellement piquée au vif. « Mais tu chauffes quand même. Disons que je ne sais pas comment nous ramener. » Rhiannon attendait la suite, un rictus étirant ses lèvres fines tandis que Peter se rapprochait d’elle, voix suave et tout en mystère. Elle rata un battement de cœur, bêtement. « Mais Neverland est venu à nous tout récemment. » Peter se plaisait un peu trop à parler en énigmes, à la faire languir ; c’était frustrant et profondément exaltant à la fois. Il n’y avait qu’avec lui que, l’espace d’un instant, elle se sentait fée, cœur palpitant et ailes battantes. Du temps où il n’y avait qu’elle et lui et leurs multiples aventures et leur joie de voir le soleil se lever pour vivre encore, vivre plus fort, vivre ensemble.

Peter sauta au sol, faisant craquer le plancher. Il ne pouvait de toute évidence contenir son excitation plus longtemps ; Rhiannon fronça les sourcils. Qu’est-ce qui avait bien pu venir à eux, tout droit de Neverland ? « Bon allez, je te donne un indice, c’est une personne. » Ses yeux étaient fixement plantés dans les prunelles de la fée, essayant brutalement de lui arracher une réponse, elle qui avait toujours compris, toujours deviné ses paroles sans même qu’il n’ait besoin de les prononcer. Il y avait tant de possibilités, Rhi s’était doutée que s’ils étaient là, d’autres de leur monde étaient arrivés également, ils n’avaient juste pas encore eu l’occasion de les voir, ou de comprendre qui ils étaient. C’était presque devenu un jeu, mais pour le moment, elle n’avait que Hook. « Réfléchis, qui est ce qu’on meeeeurt d’envie de revoir ? » Si jamais Peter avait trouvé Hook à son tour, les choses promettaient de mal tourner. Est-ce que Peter se languissait à ce point de ses anciennes aventures, que la venue de ses anciens ennemis le mettait en joie ? Non. C’était une possibilité, mais il ne lui aurait pas annoncé comme ça. Les yeux de Rhi s’illuminèrent. « Les garçons ? Tu as retrouvé les garçons perdus ? » Ils étaient les seuls vestiges de Neverland qu’elle n’avait pas réussi à ranger dans un coin de sa tête, dans la section « regrets nécessaires ». Elle portait à ces garçons une affection profonde. Elle les avait cherchés, en vain ; avait été persuadée de pouvoir les faire cohabiter avec toutes les nouveautés apportées par ce monde. La perspective de les revoir réchauffa son myocarde un instant.

Néanmoins, l’expression de Peter lui indiqua qu’elle faisait fausse route. Elle ravala sa déception à son tour, et entreprit de sonder ses souvenirs ; qui voulait-elle revoir ? Lili la Tigresse, peut-être? Les sirènes ? Au fur et à mesure qu’elle énonçait les noms et que Peter secouait la tête de droite à gauche, elle se perdait. Aucun d’eux ne faisaient vraiment l’objet d’un désir particulier de leur part de les revoir. Clairement, elle faisait fausse route quelque part, mais elle tenta quand même « Hook ? » en désespoir de cause.  « Je ne sais pas Peter. Les personnes de Neverland qu’on serait susceptibles de mourir d’envie de revoir sont relativement limitées. »  Rhi ponctua sa phrase d’un petit rire. Quelque chose commençait à s’insinuer en elle, un violent doute, cruel et brûlant. Les personnes qu’elle mourrait d’envie de revoir étaient limitées, certes. Mais Peter n’y pensait pas. Il pensait à ses désirs, et martelait que Tink les partageait. Dans cette optique, il lui restait peu d’options. Et chacune d’elle était douloureuse.



codage réalisé par Wuthering


Revenir en haut Aller en bas
Peter
avatar

Faites place à la vedette
P. Harper Pan

Nombre de messages : 720
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Mar 5 Déc - 17:04

Rhiannon & Harper


La grande nouvelle

Il avait remarqué sans peine la curiosité qui brillait à présent dans les yeux de Tinkerbell. A la seconde où il avait prononcé ces mots, il savait qu’elle se montrerait beaucoup plus enthousiaste. Neverland lui manquait comme à lui et bien évidemment, elle regrettait aussi ses habitants. Il n’avait pas besoin de réfléchir à ce genre de questions. Il était persuadé au plus profond de son être que Tink et lui partageait les mêmes envies, les mêmes avis. Parfois, souvent, il la considérait totalement comme une part entière de sa propre personne, comme si ils n’étaient pas tout à fait deux individus différents. Il lui semblait illogique, inconcevable même qu’elle puisse penser, ressentir les choses d’une autre manière que lui. Aussi était-il convaincu que cette nouvelle lui ferait plaisir comme elle lui faisait plaisir. Que Wendy était l’une des personnes qu’elle rêvait également de revoir. Il ne pouvait en être autrement et avec les indices qu’il lui avait cédés, elle ne mettrait pas longtemps à découvrir la vérité. « Les garçons ? Tu as retrouvé les garçons perdus ? » Ce fut comme un coup qu’il reçut en plein cœur. Non il n’avait pas retrouvé les garçons perdus et il remarqua sans peine que cette nouvelle aurait effectivement remplie Tink de joie. Lui aussi. Il n’en avait croisé aucun dans ce monde et même si il en parlait peu, chacun d’entre eux lui manquait affreusement. Il regrettait ce temps où il était à la tête de cette joyeuse petite bande. L’air triste il hocha la tête et détourna un instant son regard de la petite fée.

Au fur et à mesure qu’elle énonçait des noms, il sentait sa bonne humeur s’effacer. Il n’avait pas mesuré ses paroles, il y avait tellement de personnes qu’il mourrait d’envie de revoir finalement. Il se balançait d’un pied sur l’autre, hochant frénétiquement la tête et laissant même échapper quelques petits gémissements de douleur quand Tink prononçait par exemple le nom de Lili. Son petit jeu s’était transformé en petite torture et il avait hâte qu’elle y mette fin. « Hook ? Je ne sais pas Peter. Les personnes de Neverland qu’on serait susceptibles de mourir d’envie de revoir sont relativement limitées. » Sans trop réfléchir, sa fameuse nouvelle lui échappa, comme pour mettre fin à son supplice et tenter de retrouver sa joie écorchée. « Wendy. C’est Wendy. » Il plaça ses mains sur sa bouche, tentant de retenir un instant de plus son secret, mais il ne lui appartenait déjà plus. Un grand sourire éclaira alors son visage, soulagé d’enfin pouvoir partager son bonheur et la raison de celui-ci avec sa petite fée. Se remettant à sautiller sur place, il s’exprima avec de grands gestes. « Oh Tink, je ne pouvais pas garder le secret plus longtemps. »

Un rire malicieux s’échappa de sa gorge, comme une excuse qu’il savait ne pas avoir d’importance. « C’est Wendy, je l’ai retrouvé. Enfin on s’est retrouvé. Oh tu dois être tellement contente, je le suis moi. Tu sais cette fille, Moïra, celle derrière la porte, tu te souviens ? Je t’en ai parlé des millions de fois, tu l’as vu même quand elle est sortie je crois ? Et bien, bon, je te passe les détails, enfin je te raconterai ça plus tard, mais en gros, c’est elle. C’est Wendy. Je lui ai pas encore demandé, mais je viens de l’apprendre et je suis sure que c’est elle. C’est pas incroyable ? Je ne m’attendais tellement pas à ça ! » Il parlait vite, sans réfléchir, remuant dans l’espace confiné de la chambre, se promenant d’un lit à l’autre, incapable de se concentrer un instant sur un élément en particulier. Révéler son mystère avait fait réapparaitre sa joie en une poignée de seconde et il était à présent incontrôlable. Mais alors qu’il laissait s’exprimer son bonheur, il finit par reporter son attention sur la fée. Elle n’avait pas bougé de son lit et ne semblait pas partager sa satisfaction. Elle avait un regard noir que Peter lui connaissait mais qu’il n’avait jamais eu l’impression de voir avec une aussi grande intensité. Etonné, il se rapprocha d’elle et se mettant à sa hauteur, il lui attrapa les mains. « Ca va Tink ? T’as l’air bizarre. » Il scruta son visage sans réussir à y déceler de réponse. Etait-elle malade ? Elle lui avait pourtant semblé être en pleine forme.  
Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
R. Tinkerbell Dodderidge

Nombre de messages : 165
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Jeu 7 Déc - 16:44



la grande nouvelle
harnon I

Visiblement exaspéré, Peter finit par cracher le morceau. Tel un couperet, la sentence tombe ; guillotine mentale, chirurgie à cœur ouvert, marques indélébiles de ce nom tracé au cutter dans son esprit. « Wendy. C’est Wendy. » Wendy. Evidemment. Qui d’autre. Rhi ferme les yeux, tente ardemment de ne pas voir la joie illuminer le visage de Peter, chacun de ses sourires tire un peu plus sur la corde, fait une entaille un peu plus profonde. « Oh Tink, je ne pouvais pas garder le secret plus longtemps. » D’un coup, la fée se sent profondément sobre, dégrisée. Beaucoup trop lucide, beaucoup trop froide. Plus il bouge, plus le soleil sort par tous les pores de sa peau et plus Tink se recroqueville, se fait toute petite au creux de son lit. Elle est pâle, maladive, les roues rougies par la claque qu’elle a pris. Elle se sent comme un os à moitié rongé, jeté par terre. Pitié, pas une nouvelle fois, elle supplie silencieusement. « C’est Wendy, je l’ai retrouvé. Enfin on s’est retrouvé. Oh tu dois être tellement contente, je le suis moi. Tu sais cette fille, Moïra, celle derrière la porte, tu te souviens ? Je t’en ai parlé des millions de fois, tu l’as vu même quand elle est sortie je crois ? Et bien, bon, je te passe les détails, enfin je te raconterai ça plus tard, mais en gros, c’est elle. C’est Wendy. Je lui ai pas encore demandé, mais je viens de l’apprendre et je suis sure que c’est elle. C’est pas incroyable ? Je ne m’attendais tellement pas à ça ! » Oui, moi non plus. Lorsque Peter lui a parlé de Moïra pour la première fois, elle a été vaguement intriguée, vaguement dérangée que quelqu’un d’autre pique l’intérêt de son Peter, mais la pauvre gueuse enfermée dans une chambre n’était pas une menace. Ce n’est pas avec trois mots écrits sur un bout de papier que l’on construit quelque chose. Et pourtant.

Elle l’entend expliquer, mais ne fait pas attention. Le son autour d’elle est étouffé, elle rejette profondément et de tout son être les horreurs qui sortent de la bouche de Peter. Une seconde, elle songe à mettre ses mains sur ses oreilles mais son corps entier est paralysé. Rhi fixe un point au hasard en face d’elle, incapable d’en découdre. Peter s’attend-il vraiment à ce qu’elle saute de joie ? N’a-t-il rien compris depuis la dernière fois ? Tout cela a-t-il été en vain ? Il s’approche d’elle, désemparé, profondément inconscient de ce qu’il vient de provoquer, du raz de marée qu’il a déclenché. Lorsque Rhiannon sent ses mains prendre les siennes, elle prend brutalement conscience que sa peau est drôlement froide ; est-ce seulement possible que sa circulation se soit ralentie sous le choc ? « Ca va Tink ? T’as l’air bizarre. » Elle le sent sonder, regarder, décortiquer, essayer de retrouver Tinkerbell, essayer de trouver celle qu’il aimerait qu’elle soit. Mais elle est déjà partie. « Mais Wendy ne vient pas de Neverland, Peter. La devinette n’était pas juste. Je n’aurais pas pu trouver. » elle répond doucement, sans le regarder, la voix douce, trop douce. Son timbre manque de verve, manque de clochettes. Elle est presque vide, carrément fantomatique. Elle n’aurait jamais imaginé que le calvaire vienne la poursuivre jusqu’ici.

Elle ne sait pas quoi dire, prisonnière d’elle-même à nouveau. En arrivant à Fantasia, elle s’était dit que tout allait rentrer dans l’ordre. Elle était de nouveau la première personne dans la vie de Peter, l’indispensable, l’irremplaçable. Il n’en parlait même pas, de Wendy. Elle avait fini par penser qu’il l’avait oubliée. Mais non, la pimbêche est là, évidemment, prête à reprendre tous les morceaux que Tink avait réussi à recoller. « Ca alors. Oui. C’est une grande nouvelle. » Faire plaisir à Peter, être la fée rayonnante qu’il veut que tu sois, être contente pour lui, battre des mains. Battre des ailes. J’ai plus d’ailes, ça fait longtemps que j’ai plus d’ailes. C’était lui, mes ailes. « Je suis ravie pour toi. » Les mots lui écorchent les lèvres, elle est surprise de ne pas sentir le goût du sang sur la langue tant ça lui coûte de la sortir, sa phrase. Au fond, Rhi n’a même pas considéré la possibilité que Wendy soit là. Elle ne fait pas partie des contes, elle n’a rien en commun avec eux. Elle vit à Londres, chez les humains, mène une vie parfaitement normale, bordel qu’est-ce qu’elle fout là ?



codage réalisé par Wuthering


Revenir en haut Aller en bas
Peter
avatar

Faites place à la vedette
P. Harper Pan

Nombre de messages : 720
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Jeu 14 Déc - 17:22

Rhiannon & Harper


La grande nouvelle

Tink semblait toujours immobile. Comme bloquée dans une réflexion sans fin avec elle-même. Comme si elle était absente de leur conversation. C’était une expression, une réaction qu’il  ne lui connaissait pas. Elle était normalement cette petite fée pleine de vie qui bouge en tous sens et il s’était attendu à une réaction de cette envergure. Sa voix sobre finit néanmoins par rompre le silence de plomb qu’elle avait fait tomber sur la pièce. « Mais Wendy ne vient pas de Neverland, Peter. La devinette n’était pas juste. Je n’aurais pas pu trouver. » Il laissa échapper un petit rire, croyant déceler dans cette remarque une forme de taquinerie. Bien sûr que Wendy vient de Neverland. En tout cas un petit peu. Mais son rire s’écrasa sur le visage impassible de la petite fée. Elle ne semblait pas plaisanter. Alors il la fixa sans comprendre, perdu devant son absence de réaction, son apparente indifférence. Elle lui semblait vidée, comme si sa lumière était à nouveau en train de la quitter. Pourtant personne n’avait dit que les fées n’existaient pas et personne n’avait tenté de l’empoisonner. Alors il ne comprenait pas, sa réaction n’avait aucun sens. « Ca alors. Oui. C’est une grande nouvelle. Je suis ravie pour toi. » Pour lui ? Pourquoi cette distance ? N’étais-ce pas une bonne nouvelle pour eux deux ? Ce pouvait-il que quelque chose le mette tant en joie mais ne lui fasse ni chaud ni froid à elle. Il fronça les sourcils, scrutant avec attention le visage de Tink, prêt à y déceler le moindre sourire qui pourrait lui indiquer qu’elle se payait allègrement sa tête. Mais rien. Pas l’ombre d’un rictus. « Mais Tink, on dirait que ça ne te fait pas plaisir. » Il y avait du reproche dans sa voix. De l’agacement aussi. Ce n’était pas le moment pour faire sa mauvaise tête. « Enfin quoi, tu n’es pas contente de revoir des gens de chez nous ? » Parce que si c’était le cas, peut-être n’avait-elle plus à rien à faire de Neverland.

Il ne voyait que cette explication pour comprendre ce manque d’intérêt. Peut-être était-elle plus heureuse de n’avoir retrouvé que lui. Peut-être même regrettait-elle de l’avoir retrouvé. Elle aurait surement préféré passer son temps avec un autre, avec quelqu’un rencontré ici. Son visage se crispa à mesure que ces possibilités effleuraient son esprit. Ca n’avait pas de sens et pourtant il ne pouvait s’empêcher de se dire que c’était la seule solution envisageable. Vexé, il s’éloigna de son lit en haussant les épaules. Lui tournant le dos il ajouta d’un ton sec, « J’ai compris va. Tu t’en fous de Wendy. Un jour tu t’en foutras de moi aussi. » Comme l’enfant boudeur qu’il était, il s’avança vers son propre lit et s’y assit d’un air décidé, croisant les bras sur son torse et évitant soigneusement de croiser le regard de la petite fée. Quelques instants il maintint ce silence, bien décidé à se contenir et à ne pas laisser exploser la colère qu’il ressentait et qu’il n’arrivait pas à comprendre. Il n’était pas rare que le ton monte avec Tinkerbell, c’était leur façon d’être et il y était habitué. Il avait toujours considéré que ce n’était qu’une expression de leur attachement. Mais quelque chose l’agaçait dans cette réponse glaciale. Tink lui cachait sa vraie pensée et il détestait l’idée qu’elle puisse avoir des secrets pour lui, persuadé qu’il était normal qu’il soit au courant de l’intégralité de ses pensées.  « J’en reviens pas que tu me mentes. Je pensais que t’étais la seule à qui je pouvais faire vraiment confiance ici. » Il laissait sa déception s’exprimer plutôt que sa colère. Tentant surement de la faire s’excuser. « Mais je dois surement me tromper. » Il haussa les épaules, croisant enfin son regard.
Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
R. Tinkerbell Dodderidge

Nombre de messages : 165
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   Mar 26 Déc - 15:44



la grande nouvelle
harnon I

Peter a l’air tétanisé de celui qui vient de recevoir une bombe en pleine face. Rhi devrait y être habituée mais elle est presque déçue que son Peter tombe autant des nues. La connait-il si mal ? Il la scrute comme s’il attend qu’elle lui dise que c’est une blague, qu’évidemment c’est super formidable magnifique et merveilleux que Wendy soit là pour lui sucer encore un peu plus la moëlle, s’approprier encore ce qui est à elle. « Mais Tink, on dirait que ça ne te fait pas plaisir. » La fée a une envie morbide de rire à ne plus en pouvoir. C’est pas possible d’être si naïf. Elle se tient peut-être devant un enfant, mais mal comprendre les choses à ce point ? Peter est véritablement perdu, ça n’a rien de drôle. « Enfin quoi, tu n’es pas contente de revoir des gens de chez nous ? » Elle serre les dents, se retient de lui dire que merde, Wendy ne vient pas de chez eux. C’est une petite anglaise bien née dans sa petite maison et sa petite famille et elle a atterri dans leurs vies par une suite de mauvais choix et d’accidents mais elle n’est pas chez elle avec eux, à Neverland. Elle n’a pas sa place là bas et elle ne l’aura jamais, ce n’est quand même pas si compliqué à comprendre. Un peu de bon sens, à la fin. Un simple petit effort.

Mais au moment où Rhi se rend compte de ce qu’elle demande, elle réalise qu’elle en demande trop. Un effort, de la part de Peter ? Pour elle, et non pour Wendy ? Une utopie.

Pendant qu’elle se décompose et que les murs de ses certitudes s’effondrent autour d’elle, Peter continue de creuser leur tombe. Brusquement il se lève, comme s’il avait compris une vérité blessante. Une seconde, la fée a l’espoir fou qu’il a enfin compris, qu’il est prêt à la rejoindre à mi-chemin. A essayer de comprendre qu’elle n’est pas une extension de lui, mais une personne à part entière. Qu’elle a le droit d’envoyer valser sa Wendy et tout ce qui y touche. « J’ai compris va. Tu t’en fous de Wendy. Un jour tu t’en foutras de moi aussi. » Son ton est sec et meurtrier, comme un enfant qui hurlerait qu’il déteste un adulte. Il s’installe sur son lit, et lui tourne le dos. Ca lui fait mal, à Tink, ça lui fait mal jusqu’au plus profond d’elle. Elle veut expliquer, elle veut le rassurer, mais ça suinte trop à l’intérieur, les tripes et les secrets menacent de sortir, et s’ils sortent, elle sait que ce sera fini.

Mais Peter n’a pas fini, lui, il assène coup sur coup, sans penser à celle qui les reçoit.  « J’en reviens pas que tu me mentes. Je pensais que t’étais la seule à qui je pouvais faire vraiment confiance ici. Mais je dois surement me tromper. » Cette fois les yeux de Rhiannon s’illuminent. C’est profondément injuste, et s’il y a quelque chose qui la fait sortir de ses gonds, c’est bien ça. Tant pis, elle le regrettera plus tard. Ils le regretteront tous les deux. « Mais de quoi tu parles enfin Peter ça n’a rien à voir ! » Elle ne comprend pas d’où il la sort, cette accusation. A moins d’être aveugle et sourd, personne ne peut affirmer que Tink porte la même affection que Peter à Wendy, c’est complètement ridicule. C’est ça son supposé mensonge ? « Je ne t’ai jamais menti, mon aversion pour Wendy a toujours été absolument évidente, c’est quand même formidable que tu fasses comme si tu le découvrais aujourd’hui. » Elle n’en revient pas, Rhiannon. Elle se lève d’un coup, ne pouvant plus supporter le poids de son propre corps sur le matelas. Lorsqu’elle sent le bout de ses doigts en feu comme ça, ça lui donne envie de battre furieusement des ailes. Elle a beaucoup de défauts, mais elle ne ment pas. Peter n’a pas le droit de lui dire ça, de retourner la situation alors que c’est lui qui vient de lui arracher un bout de cœur.

Rhi prend une grande inspiration, tente de détendre son dos qui fourmille, ses jambes qui la supplient de bien vouloir s’envoler. De se défouler. Ça lui rappelle Neverland, et tout ce qu’elle a laissé là-bas. Les choses qu’elle ne regrette pas, à qui elle a dit bon débarras, et les choses qu’elle ne veut surtout pas perdre. Elle prend sur elle, encore une fois. Avec Peter, elle ne peut faire que ça. « Tu es tout ce que j’ai de plus précieux, et je serais ravie de revoir des gens de chez nous. Des vrais. Mais Wendy ? Wendy vient d’ici, elle vient de chez les humains. Et je mourrais avant de considérer qu’elle fait partie de chez nous. » Son ton est sans colère, mais elle est inflexible. Implacable. Ce n’est pas l’une de leurs petites chamailleries qu’elle oubliera demain. Elle a besoin que pour une fois, Peter aille dans son sens à elle. Qu’il pense à elle. « Ouvre les yeux Peter, je t’en prie. Ne gâche pas tout. » elle supplie presque, dans une tentative ridicule. Elle sait d’avance que sa Wendy passera avant, elle ne sait même pas ce qu’elle espère encore.


codage réalisé par Wuthering


Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (harnon) la grande nouvelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
(harnon) la grande nouvelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une petite (enfin grande ) nouvelle ;p
» Grande nouvelle pour les fans de FSN !
» La grande Divine (ou autres alternatives..)
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIXIE DUST ::  :: L’Aile Sud :: Les Dortoirs-
Sauter vers: