Partagez | 
 

 nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Harvey H. Haddock

Nombre de messages : 200
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Dim 10 Sep - 18:39


nostalgie, quand tu nous tiens
adam & harvey
« Allez Harvey ! T’es pas obligé de te commande un truc alcoolisé. » disaient tes autres collègues. T’étais pas du genre à sortir par toi-même, sauf quand tes collègues ou tes amis te forçais. Tu y allais pas tout seul, c’était pas ton genre. Donc, t’étais avec eux ce soir-là pour décompresser de la semaine. C’était rare de te voir dans ce genre d’endroit. Bien que les stéréotypes voudraient que les vikings soient de grands buveurs, ce n’était pas ton cas. T’avais toujours été différent des autres de la tribu. Déjà, tu es le premier à ne pas vouloir tuer un dragon, alors boire pour le plaisir de boire... non merci. Le goût de l’alcool n’était pas la chose à laquelle tu tenais le plus, mais c’était agréable de boire une bière une fois de temps en temps. Tu ne disais pas non. Évidemment, tu ne trainais jamais dans ce genre d’endroit, mais c’était plutôt sympathique. Rien n’égalait les bonnes vieilles tavernes. Tu étais en compagnie de tes collègues, qui aimaient boire plus que toi, mais vous parliez un peu de tout et de rien. Depuis ton arrivée, tu comprenais un peu plus qu’il ne fallait pas trop parler du monde d’où tu venais parce que ça avait plus le don d’attiser les curieux et de demander de plus amples explications. Donc, finalement tu finissais par éviter le sujet, tout simplement. Tu n’en parlais tout simplement pas. Mais tu avais compris que d’autres habitaient au manoir et avaient été dans la même situation que toi. D’ailleurs, tous tes colocataires de dortoir étaient dans ce bateau. Ils venaient tous d’un autre monde que celui-là. Ce qui te faisait toujours penser que les tiens étaient peut-être là aussi, quelque part. Mais tu n’y pensais pas trop, te perdant dans de longues réflexions sur ton propre passé et tout ce qui était arrivé dans ce qu’on pouvait appeler, un semblant d’autre vie. Tu étais trop nostalgique et ça te rattrapait souvent. Être loin de personne qu’on aime, tu connaissais, à présent. Peut-être était-ce moindre que de perdre la mémoire comme cette pauvre Belle... Tu aurais parfois voulu l’aider, mais tu ignorais comment faire. Et puis, tu n’étais qu’une connaissance, bien que tu avais maintenant appris son conte et son film. C’était fascinant de voir que vous veniez presque tous du même monde, celui de l’imaginaire. . Il fallait que tu apprennes encore à te mêler de ce qui te regarde, elle ne faisait pas partie de ton histoire. Mais vos destins s’étaient croisés et tu aurais voulu faire quelque chose pour l’aider, mais c’était hélas bien impossible dans sa situation. Tu ne pouvais qu’espérer et essayer de la sortir de sa situation.
Et puis, t’étais là, pendant que tes collègues étaient un peu partis sur un délire pour aller ailleurs, mais toi, t’en n’avais pas tellement envie. Déjà que tu ne voulais pas trop tarder et rentrer. La journée avait été longue. Donc, rentrer le plus vite au manoir, c’était l’option à prendre. Mais au moment où t’étais sur le point de partir, tu remarquas une tête assez familière assise au bar. Quand on parlait du loup (a). Tu fronças d’abord les sourcils pour t’assurer que c’était bel et bien la bonne personne. Adam, ou devrais-tu plutôt dire, la Bête, avait une chevelure châtaine bien reconnaissable et une carrure que tu reconnaitrais parmi des centaines. Tu ne pouvais pas te tromper et l’alcool n’avait pas été assez forte pour te faire perdre la raison. De toute façon, il t’avait fallu toute la soirée avant de pouvoir la terminer. Tes collègues étaient déjà partis, alors tu en profitas pour aller prendre de ses nouvelles. La plupart du temps, Adam restait en ermite dans la bibliothèque et c’est comme ça que tu l’avais connu. En venant dans ce monde, tu ne connaissais rien, alors le seul moyen pour toi d’apprendre, ça avait été la lecture. Cet homme t’avait largement intrigué parce qu’il était tout le temps dans les parages. Vous aviez déjà échangé quelques mots et il s’était particulièrement intéressé au fait que t’étais le coloc de Belle.
Bref, depuis cette rencontre, dès que tu pouvais aller prendre de ses nouvelles, tu le pouvais. C’était assez particulier de pouvoir le rencontrer dans un autre contexte que celui du manoir. Mais comme toujours, t’avais longuement hésité avant d’aller le déranger. Pour l’amour de Thor, ce n’était qu’un homme dans un bar, de quoi t’avais si peur ? Entre temps, t’avais découvert le fin mot de l’histoire en découvrant que c’était la Bête. Sauf que tu ne comprenais pas ce qui te stoppait, t’avait un dragon comme meilleur ami, alors pourquoi ? Après tant de questionnements et d’interrogations (surtout à rester devant la porte du bar) tu te décidas enfin à t’approcher de ce vieil ami. « Adam ? C’est bien vous... enfin, toi ? Je ne m’attendais pas à te croiser en dehors de la bibliothèque. » Tu lui fis un faible petit sourire, ne sachant pas quelle réaction ton interlocuteur allait avoir.
rencontre surprenante
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Jeu 28 Sep - 21:15

Parce qu'il y a des soirs où tu t'ennuies chez toi, tu préfères sortir. Enfin deux notions sont à revoir par ici. T'ennuyer, parce que ce n'est jamais le cas tu trouves toujours quelque chose à faire. Et chez toi, sachant que tu n'aimais pas forcément être dans ce manoir, c'était difficile. Cette foutue pièce dans laquelle tu passais le plus clair de ton temps, tu te l'étais appropriée oui. Mais c'était loin d'être chez toi. Ce n'était qu'une location. Voilà, c'était ce que tu espérais. Que bien vite tu pourrais retrouver ton château et ta Belle. Enfin surtout sa mémoire, vu qu'elle tu l'avais encore. T'avais pu le voir lors de vos échanges, vos derniers échanges, qu'elle ne semblait pas être indifférente. Le recueil de poésie qu'elle connaissait par coeur, qu'elle t'avait récité. Ce moment avait été étrange et pourtant très agréable, tu ne pouvais pas le nier. Tu t'en voulais un peu de l'avoir trompé en ne lui révélant pas que ce recueil venait de toi. Que le poème glissé entre les pages était issu de ta plume. Mais tu n'avais pas encore le courage nécessaire pour ça. Lui avouer qui tu étais réellement et qui elle, elle était pour toi. Qui elle était tout court également. Donc c'est pour ça que ce soir, tu t'échappes. Tu fuis ce manoir, tu fuis ta chambre. Tu fuis ces regrets et cette histoire que tu t'obstines à ne pas vouloir écrire. Et tu te retrouves dans ce bar. Tu y es déjà venu, lorsque tu n'avais plus d'alcool à portée de main et que tous les magasins étaient fermés pour en acheter. Le soir principalement. Comme maintenant. Tu ne sais depuis quand tu es là, échoué au bar à enchaîner les verres. T'as plutôt une bonne descente, même une excellente descente. L'alcool coule dans ta gorge sans interruption. T'as besoin d'oublier pour ce soir. Tu veux arrêter de ressasser le passé. Oui, c'est ça. Tu ne veux plus réfléchir. Mais t'es pas dupe, si tu bois dans ta chambre, c'est bien pour libérer tes mots, coucher sur papier tes pensées qui avaient du mal à s'échapper. T'étais juste une putain de contradiction, mais ça c'est pas nouveau. Alors tu lèves le bras, attire le serveur, lui demande de remplir à nouveau ton verre bien trop vide à ton goût. T'étais sur le point de le porter à tes lèvres lorsqu'une voix parvient à tes oreilles. Tu reposes l'alcool, grognant de n'avoir pu le goûter et tourne ta tête vers un jeune mec. Tu le reconnais assez facilement malgré le décor qui ne colle pas avec ce dont vous aviez l'habitude. " Harvey. Je dois bien avouer que je ne pensais pas te croiser par ici. " Tu esquisses un léger sourire qui ressemble plus à une grimace qu'autre chose. Faut dire que tu n'as plus trop l'habitude de ça. " T'es pas un peu jeune pour traîner dans un bar ? " T'avais appris à connaitre ce monde dans lequel vous aviez atterri et même si tu n'étais pas capable d'estimer l'âge du garçon, tu le pensais bien trop jeune pour ce genre d'endroit. Enfin, tu n'étais pas son père, au final tu n'avais pas ton mot à dire. C'était plus une remarque comme ça. " T'es venu seul ? " Tu jettes un coup d'oeil derrière lui, voir s'il est attendu par quelqu'un. Il avait peut être mieux à faire que de venir s'installer à tes côtés. Pauvre épave que tu es.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Harvey H. Haddock

Nombre de messages : 200
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Sam 30 Sep - 22:30


nostalgie, quand tu nous tiens
adam & harvey
Je savais les lois aux États-Unis concernant l’alcool et tout ça, mais ce n’était pas un bar où c’était la première fois que j’allais. Et puis, il faut dire que j’allais bientôt avoir un an de plus et je n’étais pas très loin de la date butoir en question pour avoir ma majorité. Et puis, on était toujours très bien accueilli et on ne nous cartait pas. Je ne m’en faisais pas pour ça. Je me demandais surtout et majoritairement ce que je faisais là, la plupart du temps. Je ne voyais pas l’intérêt des gens d’aujourd’hui à essayer de boire le plus possible. Ça ne me donnait aucun plaisir, quant à moi, mais s’il y en a qui trouvaient refuge dans cette méthode, qui étais-je pour les juger ? Faut dire aussi que je ne comprenais pas trop pourquoi y’avait toutes ces lois, parfois parce que chez nous, on commençait assez jeune à découvrir les joies de la bière. Il fallait que je m’adapte aux mœurs de ce monde parce que décidément, j’étais coincé là pour un moment. Je ne me plaignais pas de ce mode de vie qui était assez éloigné et différent du miens. Y’avait des trucs qui me manquaient et c’était normal, comme Astrid ou Krokmou, mais somme toute, je devais peut-être me faire à l’idée que je les avais peut-être perdus à tout jamais... Cependant, je m’efforçais de ne pas trop avoir cette idée en tête et je continuais à vivre ma vie ici à Fantasia Hill. Je me rendais compte que plusieurs autres personnes comme moi étaient débarqués ici et qu’ils étaient tous un peu dans la même situation, ne sachant pas trop comment s’adapter. Je me sentais soudainement moins seul, mais je repensais parfois à tout ce que j’avais perdu. Et c’est là que je me perdais trop dans mes pensées et que je dérivais complètement de mes idées principales.
Et donc, j’étais là avec mes collègues de travail, en train de profiter de la soirée, mais je ne me sentais jamais réellement à l’aise avec ce genre de personnes qui venaient de ce monde. Je me sentais différent, comme j’avais pu me sentir différent sur Beurk, dans mon chez-moi. Je l’étais parce que je ne venais pas du tout du même endroit. Je me sentais aussi seul, sachant que plusieurs personnes de mon entourage avaient pu renouer avec leur passé. Je me disais toujours et j’espérais pouvoir avoir la même chance un jour que ce soit avec mes anciens dragonniers, Astrid ou Krokmou. Peut-être même avec mon père, qui pouvait savoir ? Je regardais tout ça en perspective dans ma tête, alors que je me rendis compte qu’une personne que je connaissais bien était dans le bar en question. J’avais longuement hésité avant d’aller le déranger, sachant que ce n’était pas son endroit habituel, ni le nôtre pour nous rencontrer et parler. Adam était quelqu’un de bien, du moins, il avait l’habitude d’être grognon, mais quand on le connaissait bien, c’était un chic type. Ayant passé beaucoup de temps à la bibliothèque au manoir, j’avais été tellement fasciné par son histoire. J’avais aussi compris que Belle, qui était ma colocataire était sa Belle. Je me sentais mal pour le pauvre homme qui devait vivre avec le fait qu’elle était amnésique et sans souvenir. J’avais vu le dessin animé au cinéma de Will et j’avais beaucoup aimé le dénouement, qui malheureusement, ne s’était pas continué dans ce monde.
Après beaucoup d’hésitation, je me suis finalement décidé à aller le voir. Évidemment, il me semblait plus mal en point que d’habitude. Je n’avais pas de développement nouveau concernant les souvenirs de Belle à lui donner, mais simplement... quelque chose me disait d’aller vers lui pour le voir et lui parler. Je n’étais pas certain de ce que c’était, mais j’ai tout de même essayé. J’étais un dresseur de dragon, je ne comprenais pas pourquoi j’étais aussi nerveux face à un seul homme. « Oh je... oui, je sais ce n’est pas notre lieu de rencontre habituel, comme on est souvent à la librairie. » ris-je, nerveusement, tout en me grattant le derrière de la tête. Je savais dès lors que ça avait été une très mauvaise idée d’aller lui faire la conversation, mais je ne pouvais visiblement plus retourner en arrière pour ça. « Il me reste encore cinq petits jours avant d’être majeur, mais je venais souvent ici avec mes collègues de travail. M’enfin, pour décompresser de la journée. J’étais justement venu avec eux, mmmh... » Il fallait que j'essaye de trouver un plan pour que ce soit moins... malaisant. « Et toi, quel bon vent t'amène ? »
rencontre surprenante
⇜ code by bat'phanie ⇝

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Dim 8 Oct - 7:03

L'alcool n'est pas la réponse à tout Adam. Tu te répètes cette rengaine dans ta tête encore et encore. Et pourtant, t'es bien là, posé au bar à boire un verre. Tu souris tristement. Ce que tu peux être con parfois. Tu as beau tenter de te convaincre que ce n'est pas une solution, tu n'y arrives pas. Définitivement pas. Peut être que l'alcool finirait par te dissoudre les pensées. Si tu perds la mémoire tu seras peut être dans le même état que Belle. Mais rien qu'à l'idée de l'oublier, tu frisonnes de mal être. Non, tu ne peux pas l'oublier, pas elle. C'est impossible. T'es certain que même si tu essayais, tes pensées te ramèneront à elle. Comme si vous étiez voués à vous retrouver peu importe l'endroit où vous étiez. Et puis il apparaît. Harvey. Ce gosse que tu vois à l'occasion. Bien sur, pas dans ces conditions. Ce n'est clairement pas un endroit où tu avais l'habitude de le voir. Et tu ne te fais pas prier pour le lui signifier. Peut être qu'au fond tu t'inquiètes un peu de sa présence ici. Pourquoi ? Parce qu'il est bien jeune. Enfin, t'as pas attendu d'avoir 18 ans pour boire toi. Mais faut dire qu'avec une famille royale comme la tienne, ce n'était pas compliqué pour qu'on réponde à tes requêtes. Le personnel était aux petits soins pour toi et en un claquement de doigts tu avais tout ce que tu souhaitais. Et vu que tu n'étais qu'un gosse capricieux, les claquements de doigts étaient réguliers. Lorsque tu t'es retrouvé dans la peau de la bête, tu te demandais parfois comment tu avais fait pour déprendre autant des autres alors que tu étais seul à ce moment là. En même temps, qui aurait voulu être ami avec une affreuse bête. Tu n'avais pas le choix, tu avais appris à te débrouiller par toi même. Et avec l'aide de tes plus fidèles amis. Enfin si tu pouvais les appeler comme ça bien évidemment. Mais pour toi c'est ce qu'ils sont devenus. Tu déplores d'ailleurs de ne pas les avoir retrouvés ici. Tu te doutes qu'ils y sont mais c'est que y'a sacrément du monde quand même. Un peu comme dans ce bar. " Non en effet, pas de livres à l'horizon mais de bonnes chopées de bière. " Ca c'est certain que ce n'est pas comme à la bibliothèque. L'air est plus étouffant malgré l'absence de poussière. " Cinq jours ? Et bien, c'est dans pas longtemps. " Toi t'avais de la marge avant de prendre une année de plus. Une année de plus dans ce calvaire. Une année de plus passée ici. Tu ne savais pas si c'était une bonne chose finalement de fêter ton anniversaire encre une fois. Tu jettes un coup d'oeil vers ses collègues de travail mais tu n'arrives pas à définir où ils sont. " Ils sont passés où tes collègues ? " Non pas que tu veuilles te débarrasser de lui, c'est plus pour enrichir ta curiosité. " Oh et bien je sais pas. J'avais besoin de prendre l'air je pense. Même si ce n'est pas ici qu'il est le plus respirable. " Tu laisses échapper un léger rire malgré tout. Tu aurais pu être bien plus mal loti t'en avais conscience. " Je te paye un verre pour fêter ta majorité en avance ? Après tout, ton corps ne va pas changer de constitution dans 5 jours. " Non ça c'est certain. Et puis si il reste à tes côtés tu pourrais peut être lui poser quelques questions. Quelques questions qui te taraudent. Qui t'occupent l'esprit. " Dis... Tu as des nouvelles d'elle ? " Ce n'est pas bien compliqué de savoir de qui tu parles quand ont e connait un peu. Et lui il savait parfaitement de qui tu parlais.

Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Harvey H. Haddock

Nombre de messages : 200
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Sam 14 Oct - 1:50


nostalgie, quand tu nous tiens
adam & harvey
Toute cette histoire de récit dans des histoires me troublait encore. Même si j’étais un des rares au courant de ma situation, je me demandais ce qui nous avait tous emmenés dans ce monde, après tout. Il doit bien y avoir une raison du pourquoi nous avons tous été envoyés ici, mais je suis encore très loin de réponses à mes interrogations. Je n’avais pas encore retrouvé les miens, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être empathique avec la situation de ce pauvre Adam, avec Belle. Je ne sais pas si j’aurais été capable de supporter une telle chose avec Astrid et je préférais ne pas y penser. Et si je l’avais déjà croisé ? Il y avait tellement de blondes, dans ce monde... Je secouai la tête. Adam avait l’air dans un sacré état et je ne savais pas si je devais être trop curieux aujourd’hui. Bon, il avait été tout de même méfiant quand il avait su que je partageais ma chambre avec Belle. Cependant, je voulais absolument qu’elle se sorte de sa situation avec son fiancé actuel pour qu’elle retrouve ses esprits pour retrouver sa Bête. Mais j’ai vite appris que les choses n’allaient pas exactement dans un sens fixe et qu’il fallait beaucoup plus de patience que ce que je ne croyais, à l’origine. Je n’abandonnais pas, je n’étais pas du genre à le faire et il m’arrivait souvent de croiser Adam à la bibliothèque et de lui donner quelques nouvelles de la jeune femme brune. J’étais un fan des récits aux fins heureuses et je voulais tout de même que ça continue ici, même si tout était si différent.
Je ne lâchais pas l’affaire et je tentais avec tant bien que de mal d’aider... ma connaissance ? Je ne savais pas comment le qualifier en fait. On n’était pas des amis, mais on se voyait souvent. Nos conversations étaient souvent courtes et c’était la première fois que je le rencontrais en dehors du manoir. Ça me faisait très étrange, mine de rien, parce que c’était comme si je sortais soudainement de ma zone de confort. Assez fou et curieux, pas vrai ? Parce que je rencontre tout le temps de nouvelles personnes en dehors de mon cocon actuel. Seulement... c’est différent. Je ne sais jamais comment me sentir en présence d’Adam et le voilà qu’il était au même bar que moi. À combien était sérieusement mes chances ? Je souris légèrement face à sa remarque. « Au contraire des stéréotypes de ce monde, les jeunes ne courent pas tous après l’alcool. Et je risque de te décevoir aussi parce que niveau boisson, je suis pas du tout un vrai viking qui est fan des bières fortes. Je dois faire partie des statistiques ennuyantes des jeunes de ce monde, » lui avouai-je, tout en souriant doucement et en m’installant à ses côtés. J’étais tout le contraire de ce qu’ils appelaient « les jeunes d’aujourd’hui » parce que je faisais exactement tout le contraire. Je n’allais pas dans ces fêtes et j’aimais encore moins le goût de l’alcool fort, mais ça, même à Beurk, j’arrivais jamais à tout terminer par moi-même. « Mais, si ça ne te dérange pas d’avoir un peu de compagnie... alors, d’accord. » Je ne tenais pas non plus à le forcer. Lorsque je pris place à ses côtés, je savais que quelque chose n’allait pas. J’avais beau ne le connaître que de loin, mais je connaissais ce regard perdu et cet air. Il me rappelait un peu Astrid, quand elle pensait trop ou lorsqu’elle était perdue dans ses pensées. On avait tous le même regard quand ça nous arrivait que je le voyais parfaitement dans son regard. Mais ce n’est que lorsqu’il me posa sa question que je compris ce qui lui occupait tant l’esprit. Et je pouvais parfaitement le comprendre. Ce devait être infernal de voir un « vilain » d’une histoire gagner de cette façon. J’ai vu le film d’Adam et j’aimais pas du Gaston, il me faisait penser un peu à nos chasseurs de dragons à nous. Bref, je soupirai doucement avant de prendre le temps de répondre à sa question. J’avais beau vivre dans le même dortoir qu’elle et pourtant, je me sentais parfois très éloigné parce qu’on n’avait pas souvent le même horaire. « À vrai dire, je ne la vois plus souvent. Son horaire a dû changer ou... il doit vouloir s’assurer à ce qu’elle ne voit plus personne. Cependant, je l’ai revue à la bibliothèque l’autre jour. Elle semblait chercher un manuel scolaire ou je sais pas trop quoi. » J’étais pas du tout familier avec le système scolaire ici, mais si j’avais bien compris, elle enseignait le Français à d’autres. « Elle était comme d’habitude, mais quand elle m’a croisée, elle m’a fait un petit sourire. Je ne la vois pas sourire très souvent... » C’était une des rares fois où ça arrivait et je pensais qu’il était bon d’en aviser Adam, sur le sujet.
rencontre surprenante
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Mar 24 Oct - 20:06

T'as pas la prétention de dire que tu le connais le gamin. Tu sais juste ce qu'il a bien voulu te montrer. Te dire. T'apprendre. Alors forcément, comme les jeunes de son âge, tu t'imagines qu'il boit ou autre. C'est peut être ce que tu aurais fait. Enfin, tu ne préférais pas spéculer pour le moment. Ta vie, ce qu'elle aurait du être, ce qu'elle aurait pu être. Ce qu'elle était et ce qu'elle est finalement. Rien de tout ça n'a de sens. " Au contraire des stéréotypes de ce monde, les jeunes ne courent pas tous après l’alcool. Et je risque de te décevoir aussi parce que niveau boisson, je suis pas du tout un vrai viking qui est fan des bières fortes. Je dois faire partie des statistiques ennuyantes des jeunes de ce monde. " Tu souris, tu le trouves pas ennuyeux toi Harvey. Sa compagnie est même plutôt agréable. " Je peux t'offrir quelque chose sans alcool alors. " Quitte à ne pas boire quelque chose d'alcoolisé, y'aurait bien des jus de fruits ou de la limonade par ici. Même si ce n'était pas quelque chose que tu dois tu avais l'habitude de commander. Voir jamais. Le jus de fruit c'était lors des petits déjeuner et encore. Ici, on ne pouvait pas dire que tu prenais le temps de te nourrir le matin. Ou de te nourrir tout court. Tu ne te laissais pas mourir de faim mais tu mangeais un peu n'importe quoi, n'importe quand dans la journée. Histoire de tenir. Tenir jusqu'à ce que ta Belle se réveille, se révèle enfin. Ta vie tournait un peu autour d'elle pour être honnête mais tu ne te voyais pas faire autrement. Et puis tu rythmes tes journées autrement, comme ce genre de moments que tu partages avec d'autres. Avec Harvey en l'occurrence. Non, ça ne te dérange pas d'être en sa compagnie et tu lui souris pour bien le lui prouver. Puis tu l'interroges sur ton sujet de prédilection. Belle bien évidemment. Tu veux savoir s'il a des nouveautés, des choses à partager. Parce que ça commence à faire un petit moment que tu ne l'as pas croisé. Tu l'évites sans l'éviter. Peut être inconsciemment parce que la voir te fait mal. Tout comme ça t'apporte une immense bouffée de joie. C'est compliqué d'être toi en fait. Tu ne souhaitais à personne d'être dans ta tête. Même à ton pire ennemie. Ou peut être si, l'autre abruti de Narcisse. Celui là, s'il pouvait se perdre dans les méandres de ton esprit ce serait pas plus mal. Il t'explique qu'il ne la voit pas souvent ces derniers temps également. Et puis il te dit qu'elle lui a sourit. Tu sens une sensation bizarre dans ton estomac. Si elle sourit c'est qu'elle est heureuse non ? Et si elle est heureuse alors que vous ne vous croisiez pas, tu étais peut être la raison de son malheur ? Ca te tue de penser ça. " Si elle est heureuse c'est une bonne chose. Enfin je crois. " Qu'est ce que ça voulait dire ça. Que tu étais content pour elle ou non ? Tu savais pas trop. " Enfin... Un autre s'il vous plait. " Oh oui l'alcool ne serait pas de trop et tu appelles le serveur vers vous. Comme ça Harvey pourrait commander s'il souhaitait quelque chose. " Comment tu vas toi ? " Pitié qu'il parle, qu'il te sorte de ton bordel, de tes pensées qui s'entrechoquent douloureusement. " Je ne t'ai jamais demandé mais t'as une copine ? Ou un copain, parait qu'ici les gens sont plus libres de ce côté là. " Dans ton royaume le gens pouvaient aimer qui ils souhaitaient mais c'était compliqué de bousculer les mentalités. Ayant été une bête, t'en avais bien sur fait les frais.

Revenir en haut Aller en bas
les héros de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Harvey H. Haddock

Nombre de messages : 200
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   Sam 4 Nov - 0:04


nostalgie, quand tu nous tiens
adam & harvey
J’avais toujours eu cette main généreuse envers les autres. Et pourtant, je l’avais pas eu facile... Avant, je n’étais considéré que comme le fils de tribu de viking et non pas pour ce que j’étais. Je voulais toujours bien faire à cause du regard des autres et je l’ai fait pendant les quinze premières années de ma vie : essayer de plaire à tout le monde. Et c’est lorsque j’ai connu Krokmou que j’ai compris qu’il m’aimait comme j’étais et que je me suis dit : pourquoi ne pas essayer ? Et depuis ce temps-là, je protégeais avec tant bien de mal ceux que j’aimais. Mais je les aidais aussi beaucoup. Je savais ce que c’était de perdre quelqu’un, j’avais perdu mon père dans cet autre monde et j’avais repoussé mon meilleur ami par la suite... Et aujourd’hui, j’avais perdu les deux. Alors, je n’imaginais pas ce que c’était pour Adam que de voir celle qu’il aime dans les bras de son vilain ultime. Ce n’était pas de la pitié, je voulais vraiment l’aider et si le fait de jouer les espions auprès de Belle en était le prix, j’étais prêt à le faire. Moi-même n’ayant pas retrouvé ma fiancée, je voulais au moins aider quelqu’un à avoir sa fin heureuse. Comme on était dans le même dortoir, c’était plus facile pour lui d’avoir quelqu’un de l’intérieur. Bon, j’arrête de parler comme un espion.
« Bon, alors peut-être juste un soda, alors. » souris-je. Je m’installai auprès d’Adam. C’était un peu particulier de le rencontrer dans ce genre d’endroit, mais ça changeait peut-être l’air de place ? Cependant, je pouvais sentir que quelque chose n’allait pas. On venait pas prendre un verre par soi-même, rien que pour se faire plaisir... Bon, y’avait peut-être quelques personnes qui aimaient ça, mais chez eux. J’entendais beaucoup de mes collègues qui se prenaient un verre de vin pour décompresser parfois. Je fronçai un peu les sourcils lorsqu’il me mentionna qu’elle était... heureuse ? Je ne savais pas trop si je devais prendre ça pour une bonne chose ou une bonne interprétation. Et je fus un peu pris par surprise sur le coup quand il demanda un autre verre. Je venais sûrement de merder, mais j’étais un peu trop sur le moment pour m’en rendre compte, lorsque j’y pense. « Tu sais, je ne dirais pas qu’elle est si heureuse. Elle ne sourit pas beaucoup, pour ne pas dire que c’est un acte quasi-absent... » Pourtant, elle sourit dans sa version animée, si je ne me trompe pas ? Oui ? Enfin. Faudrait que je revoie le film peut-être. Bref, elle n’était pas très souriante. « Et puis, c’est seulement un acte isolé. D’habitude, elle adopte un ton neutre et elle sourit que très rarement. » J’ignore maintenant si je m’enfonçais en disant une telle chose à Adam.
Et puis, ce fut à mon tour, plus vite que je ne le pensais. Oui, finalement, je m’enfonçais plus que d’autre chose et il fallait que je change de sujet. Quand on m’apporta mon soda, j’en pris une gorgée à la paille et je répondis à sa première question. « Oh, ça va pas mal. Disons que c’est la routine, quoi... » dis-je, tout en haussant les épaules. Ma vie n’avait rien de passionnant. Du moins, depuis que les dragons étaient sortis de ma vie, je dois dire que je n’avais pas un quotidien aussi excitant. Je ne faisais que dormir et travailler, puis l’expérience se répétait. Je m’ennuyais du temps où j’avais de nouvelles espèces à découvrir ou quand j’étais sur le dos de Krokmou et que nous explorions des contrées inexplorées à Beurk ou ailleurs. « Je n’ai rien de passionnant à te raconter, désolé. Et dire que j’ai eu droit à une vie plus excitante et remplie d’aventures avant... C’est raté, aujourd’hui ! » m’exclamai-je, tout en reprenant une gorgée. Concernant sa deuxième partie, je ne savais pas trop quoi lui dire ni par où commencer. Je ne voulais pas l’assommer avec cette partie de ma vie. Je n’étais pas un sujet passionnant, même si certains pouvaient dire que d’avoir vécu avec des dragons, c’était trop la classe. Je me grattai à nouveau le derrière de la tête. « Oh moi ? J’ai été fiancé, à une belle viking qui avait aussi un dragon. Mais une fois arrivé dans ce monde, je ne l’ai pas retrouvée... » soupirai-je. Et pourtant, je priais encore Thor chaque jour pour que le destin me la ramène. Rien ne se produisait et c’était mon quotidien depuis que j’étais arrivé dans ce nouveau monde. J’approchai mon verre du sien pour l’inviter à l’entrechoquer au miens. Ce n’était pas la conversation des plus joyeuses, en tout cas...
rencontre surprenante
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)   

Revenir en haut Aller en bas
 
nostalgie, quand tu nous tiens (pv adam)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIXIE DUST ::  :: Skyline Square :: Rhumeries-
Sauter vers: