Partagez | 
 

 Belle | On récolte ce que l'on s'aime.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Dim 13 Aoû - 0:33

on récolte ce que l'on s'aime

T'avais envie de la revoir. Oui, t'avais envie de revoir son visage, son sourire, ses perles brunes dans lesquelles tu t'étais perdu autrefois. Et où t'avais envie de te perdre à nouveau. Si tu avais été enfermé dans ton château pendant des années, les quelques mois sans la voir avaient été bien pires. Pourtant tu n'avais pas totalement coupé le contact avec elle. Même si elle ne le savait pas. Ce livre, ce poème, ces mots que tu avais couché sur le papier en pensant à elle. Tu ne savais pas où tu avais trouvé le courage de le lui transmettre. D'ailleurs tu ne savais même pas si elle l'avait lu. Dans ces cas là, ton miroir aurait été d'une aide immense. Sauf que tu savais pertinemment que si tu l'avais en ta possession tu aurais passé ton temps à l'observer à la dérobée. Et ça ce n'était pas bon pour toi, pour ton moral, pour ta santé mentale. Surtout si tu devais le voir avec l'autre, ça c'était certain que ça t'anéantirait. L'imaginer ne serait ce qu'un seul instant pouvoir poser sa main sur elle, le voir le faire, non c'était impensable. D'ailleurs rien que de penser que tu puisses l'imaginer, tu avais froissé la pauvre feuille qui était dans ta main. Comme le vulgaire papier qu'elle était. Voilà sur quoi tu devais passer ta colère, tu étais bien trop lâche pour oser aller confronter l'autre crétin. Tu observais ce bout de papier froissé avant de le faire rejoindre ses comparses dans la poubelle qui se trouvait à côté du bureau. Un souffle sortit de ta bouche s'apparentant plus à un grognement qu'autre chose. Ta tête bascula en arrière alors que tu observais le plafond. Comme si tu pourrais y trouver une réponse quelconque. Que faisait elle, où était elle. Tu allais finir par devenir fou. Bien plus fou que tu ne l'étais déjà. Un quart de seconde plus tard, tu étais la tête posée sur tes bras qui avaient trouvé refuge sur le bois. Il fallait que tu sortes de là. Tu n'allais pas ruminer comme un con encore une fois. Tu finis par te lever, bien décidé à aller te changer les idées. Et pour ça, rien de mieux que la bibliothèque, lieu où tu avais trouvé refuge. D'un pas plus décidé que d'habitude, tu te dirigeais vers la salle aux livres. Tu savais que tu n'y trouverais pas grand monde à cette heure là et c'était très bien ainsi. On ne pouvait pas dire que t'étais très sociable alors faire la conversation, ce n'était pas ton fort. Tu parcourais les rayons, saluant rapidement avec un regard fuyant les personnes que tu croisais. Tu ne cherchais pas de livre en particulier, tu préférais passer ta main sur toutes les couvertures en enfilade et t'arrêter lorsque tu sentais que c'était le bon. Le hasard te permettait de ne pas avoir à choisir. Ne pas prendre de choix, ne pas réfléchir aux conséquences. C'était ce qu'il te fallait. Alors que le fameux livre se révéla à toi, tu sentis quelque chose bouger non loin. Tu relevas le regard et la vis. Le bouquin faillit glisser entre tes doigts mais tu le rattrapas bien vite. " Bonjour Belle. " Tu tentais de moduler ta voix afin qu'elle ne tremble pas mais les battements effrénés dans ta poitrine rendait cette tâche difficile.

Revenir en haut Aller en bas
Belle
avatar

Faites place à la vedette
Belle de Beaumont

Nombre de messages : 970
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Dim 13 Aoû - 20:04




on récolte ce que l’on s’aime


Elle se sentait troublée. Elle se sentait troublée de s’être échappée à la bibliothèque pour pouvoir livre ce livre qu’elle avait retrouvé un soir sur son lit dans le dortoir du Manoir. Elle sentait encore son cœur rater un battement en voyant le volume relié, joliment décoré de doré attendre sur son oreiller. Idiotement, elle avait d’abord cru que c’était Narcisse qui lui faisait un cadeau comme pour lui dire qu’il était désolé de lui avoir à nouveau hurlé dessus, de l’avoir insultée comme si elle n’était qu’une moins rien. Mais la petite note ne disait pas “pardon” et elle ne venait pas de son petit-ami. La petite note n’était même pas signée. Il s’agissait seulement de quelques lignes, un poème qu’elle avait lu et relu jusqu’à le connaître par cœur. Et pendant longtemps, elle a laissé le livre caché dans sa table de nuit sans même oser ouvrir le tiroir. Chaque soir, elle se couchait en pensant à ce livre qui l’attendait. Qui l’appelait. Un nœud douloureux était né au creux de son ventre, à cause de la curiosité qui la dévorait. Qui pouvait donc lui laisser ce genre de présent ? Qui pouvait donc lui écrire un poème ? Peut-être aurait-elle voulu que ce soir Narcisse. Parce que ça aurait prouvé à Belle qu’il l’aime vraiment. Parce que ça aurait prouvé à Belle qu’elle ne s’est pas enfermée dans une relation qui ne mène nulle part. Une petite part d’elle avait été déçue de ne pas voir son prénom sur la carte. Et une autre avait simplement été submergée par l’excitation et le besoin d’en savoir plus. Mais comme elle n’avait rien reçu depuis ou n’avait vu personne en particulier rôder alentour, la brunette s’était résignée. Elle n’avait pas oublié le livre ni le poème mais elle s’était faite à l’idée que ce n’était qu’un présent dans toute une vie. Elle avait même pensé à une erreur. Cependant, ça ne l’empêchait pas de prendre beaucoup de plaisir à lire son cadeau. Chaque poème semblait résonner en elle d’une façon unique et chaque page tournée était comme une bouffée d’air bienvenue dans ses poumons. Il lui semblait que les mots de l’ouvrage la libéraient. Aussi quand elle a entendu son prénom, elle a sursauté sur son siège moelleux, laissant tomber le livre à terre, regardant le petit mot s’échapper d’entre les pages. Belle se précipite pour ramasser sa possession avant de relever les yeux pour tomber dans un océan de tourment. « Adam. » La brunette avale sa salive, remet en place un mèche de cheveux. « Bonsoir, je… Désolée, je ne vous avais pas vu, elle murmure en détournant le regard, reprenant place sur le fauteuil. Vous m’avez surprise. » Laissant échapper un petit rire, elle sent ses joues qui s’empourprent comme une petite fille prise en faute. Elle n’avait pas revu Adam en face à face depuis la soirée d’Halloween. Tant de temps à le fuir. Tant de temps à tourner dans un couloir juste pour éviter de le croiser. Parce que Belle avait peur de ses réactions face à lui. Parce que Belle n’était plus sûre de rien quand elle était près de lui. « Vous– vous êtes venu lire ? » Et le souvenir de la robe jaune la hantait, jour après jour.

_________________

runnin’ home to you
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Lun 14 Aoû - 1:52

on récolte ce que l'on s'aime

Tu le savais qu'avec ta carrure tu n'allais pas passer inaperçu par ici. Et si tu avais tenté de te cacher en la voyant, il était certain qu'elle t'aurait remarqué. Ca aurait pu être une solution. Oui, tu aurais pu le faire. Mais tu avais tellement envie de la revoir que tu préférais laisser de côté tes interrogations. Assise dans ce siège, elle te semblait si paisible. Et pourtant, tu n'avais pas hésité une seule seconde pour la déranger. Son prénom que tu avais prononcé, elle avait eu l'air de prendre ça pour un électrochoc. Avec ton air bourru, tu tentas tout de même d'afficher un sourire. Sourire que la jeune fille ne vit pas vu qu'elle était concentrée par ce bouquin qui venait de tomber. Tu t'étais approché d'elle et c'est là que tu le vis. Ce recueil de poème que tu lui avais offert. Et cette note écrite à la main. Par ta main. Ces quelques vers que tu avais rédigé tout en pensant à elle. Tu avais hésité à le glisser sous la couverture du livre. Oh ça oui, tu avais douté. Douté de la clairvoyance de tes mots, de l'impact que ceux ci pourrait avoir sur elle. Et elle était là, tenant contre elle ton présent comme un bien précieux. Cela te réchauffa le coeur quelques instants. Ton prénom qu'elle prononça comme affolée. Comme effrayée que tu puisses voir ce qu'elle avait dans les mains. Parce qu'elle ne semblait pas effrayée par toi au moins. Même si son air troublé suffisait à te perturber. Bien sur, tu avais en tête votre dernière rencontre. Ton était pitoyable et elle qui avait pris soin de toi. Si tes souvenirs semblaient enfermés dans du coton, tu étais sur de toi lorsque t'imaginais les siens bien clairs dans sa tête. " J'ai cru comprendre oui. " Le ton de ta voix n'était pas agressif, bien au contraire. Tu avais compris sa légère gêne et surtout sa surprise. Tu continuais de t'approcher d'elle, doucement, comme si elle pouvait s'envoler à tout moment. Son rire cristallin parvient à tes oreilles comme la plus douce des mélodies. " Je m'excuse, je ne voulais pas vous faire peur. " Toujours ce livre dans la main, livre qui t'était encore étranger, tu continuais d'avancer vers elle. Elle te demandait si tu étais venu lire. Léger sourire, légère hésitation. " Effectivement, je n'avais plus rien dans ma chambre alors je suis venu emprunter un nouveau livre... " Tu observais enfin l'ouvrage dans tes mains, laissant échapper un petit rire. " Alice au pays des merveilles. Original. " Un conte. Tu le savais, tu avais déjà parcouru ce rayon. Même si celui là, tu ne l'avais jamais lu. " Et vous ? Une lecture intéressante pour ce soir ? " Elle était ici, dans cette bibliothèque, avec ce livre. Pourquoi ne pas le lire chez elle. Enfin chez eux. Ca tu ne le comprenais pas, mais la question resterait enfermée en toi. Tu ne pouvais décemment pas la lui poser. " Je peux ? " Tu indiquais le fauteuil en face d'elle, lui demandant l'autorisation pour y prendre place. Tu ne voulais pas la déranger dans sa lecture et pourtant, tu avais terriblement envie de la voir s'y perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Belle
avatar

Faites place à la vedette
Belle de Beaumont

Nombre de messages : 970
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Mar 15 Aoû - 11:37




on récolte ce que l’on s’aime


Elle se sentait idiote. Belle se sentait complètement idiote. On ne demandait pas à quelqu’un qui se trouvait dans une bibliothèque s’il venait lire. C’était évident. Qu’est-ce qu’il devait penser d’elle maintenant. Qu’est-ce qu’il devait penser d’elle depuis qu’elle le fuyait constamment. Croyait-il qu’elle avait eu peur ce soir-là, quand elle l’avait sauvé de la rue alors qu’il gisait, en sang, dans l’ombre ? Croyait-il qu’elle avait été tout simplement dégoûtée par lui ? Ce n’était pourtant pas le cas. C’était même le contraire. Mais Adam ne pouvait pas le savoir, parce qu’elle ne parlait plus à Adam. La brunette ne parlait plus à Adam depuis cette soirée-là. Halloween. Elle revoyait ses bras qui entouraient doucement sa taille, presque tendrement ; elle retrouvait la chaleur sur ses joues, dans le creux de son ventre. Elle se glissait à nouveau dans cette robe d’un jaune si éclatant. Et ça l’effrayait. Belle était terrifiée de ce qu’elle pouvait ressentir en la présence de Adam, comme s’il déclenchait en elle des émotions qu’elle avait oubliées. Et elle ne comprenait pas pourquoi. Parce qu’ils ne se connaissaient pas d’avant, n’est-ce pas ? C’était une question qui tourmentait la jeune femme. Et chaque fois, elle se trouvait un peu plus stupide de se la poser parce qu’elle détenait déjà la réponse sans même avoir eu besoin de demander : si Adam l’avait connue, il lui aurait sûrement parlé. Il serait sûrement venu la voir, surtout en sachant qu’elle avait perdu la mémoire. Il aurait fait un pas en sa direction pour qu’elle puisse être aidée. « Ce n’est pas grave, c’est ma faute, je… » Belle se mord la lèvre inférieure. « J’étais trop prise dans mon ouvrage. » Et comme à chaque lecture, elle se perdait dans les lignes noires d’encre. Et le monde disparaissait totalement. Le blond l’avait surprise, il l’avait aperçue au moment le plus vulnérable et exposé de sa personnalité. Et Belle ne savait pas comment se sentir à ce propos. Elle ne savait pas si elle devait en être gênée ou juste oublier. Elle se sent néanmoins sourire avec un peu d’amusement lorsqu’il lui avoue le titre du livre qu’il tient entre ses mains. « J’ai beaucoup aimé cette histoire, confie-t-elle. À la fois étrange et surprenante, mais pleine de bon sens. » Le personnage d’Alice l’avait menée à beaucoup réfléchir sur sa propre existence, sur sa vie à Fantasia Hill. Sur ce monde qui n’était pas le sien. Peut-être qu’elle était tombée, elle aussi, dans le terrier du Lapin Blanc et qu’elle allait finalement se réveiller un beau jour, le nez dans les fleurs et l’herbe fraîche. « Vous me direz ce que vous en avez pensé, une fois que vous l’aurez fini ? » Elle jette un coup d’œil rapide à son propre ouvrage avant de relever les yeux vers Adam. C’était sûrement la première fois depuis longtemps qu’elle osait le regarder si franchement. « C’est un recueil de poèmes. Il est magnifique. » L’aveu avait semblé comme soufflé du bout des lèvres, comme un secret qu’elle n’avait pas voulu dévoiler. Ce livre, c’était son secret. Un secret qu’elle se surprenait à chérir bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé. « Oui, bien sûr. Le siège est libre, Belle acquiesce avant de ramener ses jambes contre elle. » Peut-être pour se protéger de Adam ou bien pour s’empêcher de se rapprocher de lui. Peut-être un peu tout ça à la fois, aussi.

_________________

runnin’ home to you
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Jeu 17 Aoû - 2:35

on récolte ce que l'on s'aime

Elle s'était excusée. C'était toi qui lui avait fait peur et elle qui s'excuse. Ca rendait presque la chose amusante d'ailleurs. Mais tu avais l'habitude avec elle, les rôles étaient bien souvent inversés. Pour autant, tu tentais de ne pas trop le montrer. Elle ne connaissait pas votre passif après tout. Tu n'étais que cet homme bourru qu'elle rencontrait parmi les livres. Adam tout simplement. Trop prise par son ouvrage, ça te fit sourire. Au moins le livre semblait lui plaire. C'était plutôt une bonne chose. Même si elle avait perdu la mémoire, ses goûts n'avaient pas tellement changés. C'était ce qui rendait la chose encore plus compliquée au fond. Si encore elle était différente, tu n'aurais pas cette attache. Tu n'aurais pas tant de mal à être éloigné d'elle. Mais non, elle restait la même, cette gamine innocente qui était entré dans ton château pour sauver son père. Ca te paraissait tellement lointain tout ça maintenant. Tu n'étais ici que depuis deux ans ou presque. Et pourtant, tu avais l'impression que ces deux petites années faisaient le double de la décennie que tu avais passé enfermé dans ton domaine. Si toi tu ne connaissais pas l'ouvrage que tu avais dans les mains, elle elle semblait bien le connaître. Ou du moins elle l'avait lu. " Alors je vous fais confiance. L'idée d'un lapin qui peut être en retard me semble plutôt amusante. " Du peu que t'avais lu sur la quatrième de couverture d'ailleurs. Ca ne ferait qu'un livre de plus, un conte. Un de ceux qui relataient l'histoire des personnes enfermées dans ce manoir. Comme la tienne. Et la sienne. Lui dire ce que tu en aurais pensé. Tu souris. " Je vous ferai part de mon avis, c'est promis. " Si ça te permettait de la revoir ne serait ce qu'un instant, c'était toujours à prendre. Une excuse ou une raison pour lui parler, oui, vraiment, tu ne cracherais pas dessus. Tu l'interrogeais sur ce qu'elle lisait, livre que tu connaissais par coeur avec le temps. Et que tu voulais lui faire découvrir à présent. Elle t'avait répondu d'une voix douce. Presque un murmure. Quelques mots prononcés comme un secret qu'elle partageait avec toi. Tu étais satisfait de ça, oui. Pénétrer un peu son intimité, sans pour autant te dévoiler. Tu lui demandais l'autorisation de prendre place face à elle. Autorisation qu'elle te donna d'ailleurs. Tu souris et acquiesçais de la tête en remerciements. Tu pris soin de t'asseoir le plus doucement possible, cachant tes manières un peu trop rustres de bête peu élégante. Elle ramène ses jambes à elle, jambes que tu fixes avant de relever ton regard jusqu'à ses yeux. " Vous voulez bien m'en lire un passage ? " Ces mots prononcés par elle, oui, ce serait une sorte de bénédiction. Qu'elle te fasse la lecture comme elle avait pu le faire autrefois. " Enfin si ça ne vous dérange pas bien sur. Ce livre a l'air précieux pour vous, je ne voudrais pas vous mettre mal à l'aise. " Tu plaçais ton livre sur tes genoux, attendant sa réponse. Aussi bien elle refuserait et tu te contenterais de lire ton ouvrage, toujours en lançant des regards vers elle. L'observer un peu plus, retrouver ses petites manies, celles qui avaient fini par te faire totalement tomber pour elle.


Revenir en haut Aller en bas
Belle
avatar

Faites place à la vedette
Belle de Beaumont

Nombre de messages : 970
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Dim 20 Aoû - 10:09




on récolte ce que l’on s’aime


Parler littérature était facile avec Adam. Pas comme avec Narcisse. Narcisse ne s’intéressait pas à la littérature ; Narcisse ne s’intéressait pas aux livres. Il détestait ça. Et le peu de fois où Belle s’était aventurée à lui proposer de lui lire une histoire, le brun s’était toujours moqué d’elle. La regardant de haut pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas de temps à perdre avec ces histoires de fille. La brunette s’était toujours sentie un peu triste qu’il ne veuille pas partager cela avec elle. Elle s’était toujours sentie un peu triste de ne pas pouvoir lui faire comprendre son amour des livres et des histoires en tout genre. Alors trouver en Adam une oreille attentive, un regard intéressé – c’était plus que Belle n’aurait pu demander. Plus que Belle n’aurait pu espérer. Lorsqu’elle sent Adam prendre place juste à côté d’elle, dans un fauteuil pourtant différent du sien, séparé par un espace raisonnable à ses yeux, elle a le ventre que se retourne doucement. Plaisamment. Elle aurait aimé ne pas s’attarder sur cette sensation étrange mais ses mains se sont un peu crispées sur la couverture de son livre, comme si s’accrocher à lui allait lui permettre de dompter ces émotions sauvages qui la prenaient dès que Adam entrait dans son univers. « J’ai hâte de savoir ce que vous en avez pensé, elle répond doucement. Je crois qu’il n’y a pas d’avis tranché sur cet ouvrage : soit on l’adore, soit on le déteste. Mais jamais entre les deux. » Parler littérature était aussi rassurant. Rassurant parce que c’était un univers qui lui était familier. Parce que c’était un univers qu’elle connaissait. Belle savait comment aborder les livres, comment les expliquer. Elle savait. Et si elle semblait avoir oublié tout le reste, sa passion pour la littérature était ancrée en elle comme une jolie cicatrice sur sa peau. Ça faisait partie d’elle. Et c’était bien la seule certitude qu’elle possédait dans ce nouveau, même après deux ans passés à Fantasia Hill. « Oh, laisse-t-elle échapper, un peu surprise avant de regarder le blond un instant. Bien sûr, avec plaisir. » La brunette ne s’était pas attendue à ce que Adam lui demande de lui faire la lecture. C’était pourtant ce dont elle avait rêvé avec son propre petit-ami, sans succès. Alors ça laissait une sensation étrange à l’intérieur de voir que ses espoirs se réalisaient, même si c’était un autre que celui qu’elle désirait. Elle fixe la couverture de l’ouvrage, une nouvelle fois impressionnée par sa beauté, avant de sourire. « C’est un cadeau. Oui, il est précieux. » Mais Belle ne savait pas pourquoi il l’était tant à ses yeux. Et pourtant, elle se surprenait chaque jour à toucher, à regarder ce livre comme s’il était la plus belle chose qu’elle puisse posséder en ce monde. Se raclant délicatement la gorge, elle ouvre les pages à son poème préféré avant d’entamer la lecture. Les mots glissent doucement sur ses lèvres, comme une frêle caresse. Ils étaient encore plus beaux maintenant qu’ils possédaient une sonorité. Un peu inconsciente du monde qui l’entoure, Belle lit à voix haute plusieurs poèmes, ses favoris, jusqu’à trouver les quelques lignes parfaites pour terminer ce moment comme hors du temps. « For in that solemn silence is heard in the whisper of every sleeping thing: look, look at me, come wake me up for still here I’ll be. »

_________________

runnin’ home to you
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Ven 25 Aoû - 3:19

on récolte ce que l'on s'aime

Tu n'arrives pas à t'empêcher de jeter des coups d'oeil vers elle. T'as juste l'impression qu'elle peut s'échapper à tout moment. Comme un mirage. Un beau mirage. De ceux qu'on ne voit que lorsqu'on est trop fatigués pour comprendre ce qu'il se passe. Tu vis dans ce perpétuel sentiment. Elle est là sans être là. Ce qui est avouons le, un peu stupide tout de même. Mais, c'est ainsi que tu vois les choses. Et au fond, c'est comme cela qu'elles sont. Ta Belle est présente physiquement mais son esprit est ailleurs. Bloqué dans les méandres de son cerveau, enfermé avec sa mémoire surement emprisonné par Narcisse ou Gaston. Peu importe comment ce bougre d'âne se faisait appeler par ici. Il sera toujours autant détestable. Tu ne comprends pas qu'une si douce fleur, ta rose, puisse rester près de lui. Elle n'a rien à y faire. Mais c'est sa décision et comme on dit, parfois, par amour il faut la laisser s'en aller. T'es pas encore prêt à ça toi. Tu ne peux pas t'en éloigner. T'as encore besoin de sa présence, même si ce n'est que quelques minutes par ci par là, assis dans une bibliothèque un poil lugubre. Ce livre que tu tiens, l'aimeras-tu ? Tu ne le sais pas encore. La divine créature en face de toi t'avais mis en garde. C'est à double tranchant. Il n'y a pas de place ici pour le peut être ou le un peu. Oui ou non. C'est si simple et tu te feras ta propre opinion. Tu n'avais que hocher la tête pour lui faire comprendre que tu l'avais entendu. Couplé d'un fin sourire sur tes lèvres, noyé dans ta barbe broussailleuse. Il fallait que tu fasses quelque chose pour ça mais tu n'étais pas barbier. Et l'idée qu'on puisse te toucher continuait de te rebuter. Pourtant, elle ne méritait pas de te voir dans un tel état. Peut être que la lecture l'occuperait suffisamment pour qu'elle ne constate pas cette stupide déchéance. Enfin, de toute façon, elle ne se souvenait pas de toi dans tes bons jours. La bête était de sortie alors tu la laissais s'exprimer. Sublime miroir de ton mal être exposé au grand jour. Tu n'avais rien trouvé de mieux pour qu'on ne t'approche pas. Si tu ne pouvais pas l'avoir elle alors personne ne pouvait t'avoir toi. C'était compliqué tout ça. Elle accepta cependant, cette lecture que tu lui avais demandé. Avec plaisir qui plus est. De quoi te ravir au plus haut point. Ce livre qu'elle te disait si précieux. Ton coeur semblait valser dans ta cage thoracique, ce genre de ressentis que seule elle pouvait provoquer. Elle se mit à lire, ces mots que tu connaissais pourtant si bien. Mais sortis de sa bouche, ils n'en étaient que plus beaux. Tu l'écoutais bien sagement, te figeant sur place. Tu ne voulais pas bouger, tu ne voulais pas frémir, tu ne voulais pas la détourner de sa lecture ne serait ce qu'un instant. Alors tu écoutais oui. Tu buvais ses paroles plutôt. Comme un élixir qui deviendrait poison au moment où tu y repenserait, seul dans ta chambre. Mais tu te promettais de chérir cet instant, de le garder précieusement dans une petite boîte bien à l'abri dans ton esprit si noir. Une petite touche de rose ne te ferait pas de mal. Elle finit sa lecture sur une citation que tu adorais autant que tu la détestais. Mais tu ne pouvais pas lui dire que tu la connaissais. " C'est vraiment très beau. " Que pouvais-tu dire d'autre. Ces mots qui t'avaient déjà transportés au moment de ta première lecture et des centaines qui avaient suivies avant que tu n'aies le courage de lui confier ce recueil. Depuis, tu en avais lu d'autres. Différents bien sur. Dans sa langue maternelle qui plus est. Oui, la solitude avait parfois du bon. Comme pouvoir apprendre une langue qui nous est inconnue en quelques semaines à peine. " Il y a un poème que j'affectionne aussi. " Tu laisses échapper ces mots si simplement, si librement. Tu ne peux pas t'arrêter en si bon chemin. Maintenant que tu commençais à te livrer, il ne valait mieux pas que tu t'arrêtes, de peur de t'enfermer dans un mutisme qui ne serait plaisant ni pour elle, ni pour toi.

" Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues. "


Verlaine semble te comprendre et ces mots que tu lui dis sont lourds de sens. Ta voix est douce et tu ne l'as pas quitté des yeux le temps de ta déclamation dans un français presque parfait. Un accent subsiste mais tu fais de ton mieux pour l'effacer, le temps de réciter ces vers. Ton rêve familier à toi. Cette brune face qui te faisait face. Aussi simple qu'un mirage oui, aussi douloureux qu'une bulle qui éclate.


Revenir en haut Aller en bas
Belle
avatar

Faites place à la vedette
Belle de Beaumont

Nombre de messages : 970
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Dim 27 Aoû - 10:05




on récolte ce que l’on s’aime


Belle a eu l’impression que le temps s’était suspendu le temps de sa lecture, comme si la Vie elle-même avait retenu son souffle. Comme si le monde s’était subjugué pour quelques mots, quelques vers choisis dans cet ouvrage qu’elle affectionnait. La brunette est assourdie par les battements profonds de son cœur mais c’est surtout le feu qui brûle dans les pupilles de Adam qui l’interpelle. Elle se sent complètement hypnotisée. Médusée. Et c’est plus poignant encore lorsque c’est au tour du jeune homme de lui réciter un poème. Elle n’avait rien demandé, elle n’avait même pas osé espérer quoi que ce soit. Et elle se retrouve bien vite, trop vite, à être transportée par une voix sombre et caverneuse mais terriblement chatoyante. Elle caresse doucement, elle se fait voluptueuse. Et ce n’est qu’après un temps que Belle est surprise d’entendre du Français dans la bouche du blond. C’était Narcisse qui lui avait raconté le pays d’où ils venaient, leur langue si belle et si onctueuse sur les lèvres. Elle ne se doutait pas que Adam la connaissait, lui aussi. Subsiste ce léger accent qui donne au poème un charme tout particulier. Unique. Belle a le sang qui bouillonne dans ses veines, sans comprendre pourquoi. Est-ce à cause du Français ? Est-ce à cause du poème ? Est-ce à cause de ce regard si pénétrant qui semble la transpercer de part en part comme un rayon de soleil ? La jeune femme ne sait pas. Peut-être ne préfère-t-elle pas savoir. Peut-être que toute la magie de ce moment réside dans son mystère et toutes les questions qu’elle se pose. « Je ne savais pas que vous parliez Français également, elle murmure après un temps, incapable de dire combien cette récitation l’a émue. Où est-ce que vous avez appris ? » Belle n’avait croisé que peu de gens du Manoir qui parlaient sa langue maternelle. Et elle avait été chaque fois un peu plus déçue de comprendre que personne ne venait de là où elle avait vécu. Alors pour se protéger, elle préfère ne pas lui poser la question, de laisser cette interrogation en suspens. « Le poème est magnifique. Verlaine fait partie des auteurs que j’affectionne tout particulièrement. » La brunette détourne un instant le regard, observant la bibliothèque encore troublée par les dégâts du tremblement de terre qui avait secoué la ville. Son refuge ne lui semblait soudain plus si sécurisant, si protégé. Mais c’était son endroit. Son endroit à elle. « Adam ? Est-ce que vous aimez cet endroit ? Belle demande après un temps, en faisant revenir ses yeux vers lui. Fantasia Hill, je veux dire. Est-ce que cette ville vous plaît ? Est-ce que cette vie vous plaît ? » Parce que, certains jours, Belle désirait pouvoir rentrer chez elle. Pourtant, elle ne savait pas ce qu’était chez elle. Elle ne savait pas où était chez elle. Peut-être qu’elle y était malheureuse. Peut-être qu’elle détestait sa vie, là d’où elle venait. Mais Belle ne savait pas. Belle ne savait plus. Et son ignorance la frustrait. Et Narcisse qui refusait de répondre entièrement à ses questions la frustrait. La brunette voulait savoir. Mais personne ne semblait vouloir l’aider à comprendre. Et même si elle cherchait des réponses à ses questions, rien n’était jamais sûr.

_________________

runnin’ home to you
Revenir en haut Aller en bas
la royauté de pixie
avatar

Faites place à la vedette
Adam Leprince

Nombre de messages : 124
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Mer 30 Aoû - 1:22

on récolte ce que l'on s'aime

C'était à la fois étrange mais terriblement plaisant que de se retrouver dans cette situation. Ta Belle et toi, partageant vos lectures et vos impressions, comme vous aviez pu le faire autrefois dans ton château. Ca te paraissait si loin tout ça maintenant et pourtant. Ce genre de petits moments te ramenaient à cette réalité qui s'échappait. Le temps était à la fois ton ennemi et ton allié. C'était douloureux oui, vraiment douloureux. Tu déclames tes vers, les ayant appris par coeur. Tu ne bafouilles pas, tu sais où tu vas. Tu ne veux pas simplement les lui dire, tu veux qu'elle le comprenne. Qu'elle comprenne que ces mots sont pour elle. Que tout ce qui est dit lui est adressé même si ce n'est pas toi l'auteur de ce texte. T'aimerais simplement le lui dire. Mais non, ce n'est pas pour toi tout ça. Ce n'est pas pour toi que d'être courageux. Ce n'est pas pour toi que dévoiler tes sentiments. Non, toi, tu ne sais pas le faire. Toi t'es lâche. Toi tu te sais pas avouer ce que tu as sur le coeur. C'est trop compliqué. Le français l'interpelle, ce qui ne te surprend pas. Depuis que vous êtes à Fantasia Hill, tu n'as pas pu le lui dire. Au vu de vos dernières rencontres, c'était plutôt évident. Sa voix n'est presque qu'un murmure mais tu l'entends parfaitement. Elle semble étrange après ta lecture mais tu n'arrives pas à déceler comment. " Et bien j'ai eu du temps depuis mon arrivée ici alors quand je n'écris pas, ou que je ne lis pas, j'apprends. Cette langue est magnifique, j'ai tout de suite été touché par la force des mots. " Ce qui n'était pas faux. Oui la langue de Molière te touchait mais c'était simplement parce que c'était sa langue maternelle. Tu n'étais pas assez prompt à vouloir comprendre les autres pour cela. Il y avait toujours une raison cachée à tout depuis ton arrivée ici. Cependant, tu n'étais pas censé savoir que la brune en face de toi avait compris ce que tu lui avais récité. Ca non plus, ce n'était pas venu au fil de vos dernières discussions. Elle te parle de Verlaine et de son amour pour ses écrits. Tu profites de cette occasion pour glisser ta question. Celle à laquelle tu as déjà la réponse d'ailleurs. " Vous comprenez donc le français à ce que je comprends ? " Tu passes ta main dans tes cheveux, à la fois gêné de ton mensonge mais aussi parce que tu te sens con. Même si tu n'es pas censé le savoir, sa réflexion précédente ne demandait pas de précision de la sorte. Elle détourne le regard, tu la vois faire mais tu ne dis rien. Tu fis de même, suivant son regard. Tu observes la bibliothèque mais reviens bien vite à elle lorsqu'elle reprend la parole. Sa question te laisse perplexe. Est ce que tu aimes être ici. T'avais compris que ce n'était pas de la bibliothèque dont elle parlait mais elle prit soin de justifier sa demande. " Je ne sais pas. Fantasia Hill a ses bons côtés mais mon chez moi me manque. " Tu hausses les épaules, tu ne peux pas lui mentir sur ce point. Dire que tu aimais cet endroit c'était stupide. " Et vous ? Votre adaptation se passe bien ? " Mais surtout t'as une question bien plus importante qui te brûle les lèvres. Une qui picote si dur que tu ne peux pas l'empêcher de s'échapper de tes ourlets. " Et vos fiançailles se passent bien ? " T'es con parce que tu redoutes la réponse à cette question. Oui, tu as peur qu'elle te dise que tout va pour le mieux avec Narcisse. Elle t'a déjà oublié de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Belle
avatar

Faites place à la vedette
Belle de Beaumont

Nombre de messages : 970
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    Mar 31 Oct - 9:32




on récolte ce que l’on s’aime


Plus elle apprenait à le connaître, plus Belle se trouvait des points communs avec Adam. Elle ne savait pas si elle devait y voir un signe ; elle ne savait pas ce qu’elle ressentait à cette simple pensée. Ça laissait seulement un drôle de goût sucré sur sa langue, ça laissait seulement un souffle nouveau au creux de son cœur. « Oui, la langue française a une musicalité incroyable même si elle est très difficile à apprendre, elle ajoute doucement avec un sourire intimidé. Peut-être que… Si vous le voulez, on pourrait peut-être parler français entre nous. Pour nous entraîner ? » La brunette sent un voile rouge recouvrir ses joues pâles et elle baisse les yeux. Depuis quand était-elle aussi aventureuse ? Depuis quand faisait-elle ce genre de propositions ? Narcisse accepterait difficilement ce genre de comportement venant de sa part. Et une part d’elle arrivait à comprendre pourquoi quand une autre partie lui soufflait insidieusement de vivre sa vie, de faire ses propres choix sans se préoccuper de ce qu’en pensera son petit-ami. « Je parle Français couramment, oui. Dans mon ancienne vie… » Belle se tait, fronce les sourcils comme si elle cherchait les mots appropriés. « On m’a dit que je venais de ce pays. Avant… » La phrase laisse une certaine amertume sur ses papilles, parce qu’elle ne sait jamais comment se sentir autrement que mal lorsqu’elle aborde ce sujet-là. Trop habituée à laisser son petit-ami répondre à sa place, la brunette ne sait jamais quoi dire de plus. Toute sa vie d’avant n’était qu’un grand trou noir, un amas de souvenirs qui ne semblaient même pas vraiment lui appartenir. Après tout, elle ne savait que ce que Gaston lui racontait. Alors quand Adam commence à lui poser des questions, la jeune femme hausse silencieusement les épaules. « Ça va. » Ça va. Une réponse banale parce qu’elle ne sait jamais quoi dire sans avoir l’impression maladive de mentir ou de raconter n’importe quoi. Elle ne pouvait même pas dire si son ancienne vie lui manquait parce qu’elle n’avait aucun souvenir de qui elle était. Et Narcisse avait beau lui assurer qu’elle avait été heureuse avec lui avant, qu’ils vivaient une vie parfaite en tout point, Belle sentait ce malaise au fond de son estomac qui lui faisait comprendre que quelque chose n’allait pas. « Je n’ai pas souvenir de qui j’étais avant d’arriver ici alors c’est difficile de savoir si mon ancienne vie me manque, admet-elle avec pudeur. Je suppose que mon adaptation se passe le mieux possible compte tenu des circonstances. » Elle rit légèrement, un peu embarrassée. Rire qui se coince dans sa gorge quand vient le sujet de ses fiançailles. Mordillant sa lèvre inférieure, elle laisse un silence s’installer avant de répondre, d’une voix étouffée : « Oui, oui. Tout va bien. » Et en cet instant, elle sent encore cette impression misérable de ne pas dire la vérité sans savoir véritablement pourquoi.

_________________

runnin’ home to you
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Belle | On récolte ce que l'on s'aime.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Belle | On récolte ce que l'on s'aime.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» La récolte des algues.
» Belle étalon cherche femme...xD
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIXIE DUST ::  :: L’Aile Nord :: La Bibliothèque-
Sauter vers: