Partagez | 
 

 HOOK ✩ you make me wanna die.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Smee
avatar

Faites place à la vedette
William Smee

Nombre de messages : 88
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: HOOK ✩ you make me wanna die.   Ven 14 Juil - 12:16



“you make me wanna die.” william & james


Il jette un énième coup d’œil à sa montre et William soupire. Il sent sa jambe s’agiter d’impatience sous son bureau juste avant de croiser le regard noir et orageux de sa partenaire, assis au bureau juste en face. « Quoi ? » Sa voix est grave, désagréable. Il n’écoute pas la réponse de la jeune femme, déjà reparti dans ses rêveries folles. Il sait déjà ce qu’elle lui a dit – il a entendu ces mêmes mots, ces mêmes phrases une centaine de fois. Peut-être même plus. Concentre-toi. Fais ton travail. Ces rapports ne vont pas se remplir tout seuls. Et chaque fois, c’était pareil : Smee la regardait s’époumoner face à lui, les joues rougies de colère, sans rien dire puis, quand elle avait enfin fini de s’énerver toute seule, il lui lançait un regard rieur et malsain avant de se détourner et de s’en aller comme si de rien n’était. Comme s’il s’en foutait bien de ce qu’elle pouvait lui reprocher de façon si virulente. Et c’était le cas – William s’en foutait. Il s’en foutait parce qu’il ne l’écoutait jamais, ou alors que d’une oreille ; il s’en foutait parce qu’elle n’était que sa partenaire. Sa partenaire bien trop polie, bien trop jolie, bien trop droite dans ses chaussures de policière. Ils n’étaient pas faits pour s’entendre, elle et lui. Le brun était bien trop instable, bien trop imprévisible. Il marchait chaque jour sur le rebord d’une falaise et se demandait quand il viendrait enfin à tomber. Ou peut-être était-il déjà au fond du ravin depuis bien longtemps et il ne s’en était jamais rendu compte avant ? Ce ne serait pas si étonnant. Et si c’était à ça que ressemblaient les nouveaux fonds marins de sa vie, alors ça n’était pas si terrible. Ça n’était pas si horrible. Quand le cadran lui indique la fin de sa journée de travail, il se lève brusquement en faisant racler sa chaise sur le sol du commissariat. « À demain, Justice Girl ! » Smee n’attend pas de réponse, il récupère sa veste en cuir qu’il enfile par-dessus son uniforme et quitte le commissariat sans un regard en arrière. Il aimait bien son job, malgré tout. Même s’il faisait des conneries, même s’il traînait parfois dans des affaires louches et illégales. L’odeur de la poudre, le cliquetis des menottes. Le poids de l’arme accrochée à sa ceinture. C’était autant de petites choses qui faisaient que ça rendait ses journées plus intéressantes. Plus satisfaisantes aussi. S’il devait crever dans ce nouveau monde, autant qu’il se raccroche à ce qui faisait que le manque de la mer et des flots soit le moins insupportable possible.

Dans l’air frais de la nuit, William s’allume une cigarette et prend le temps d’inspirer une longue bouffée, les yeux clos. Il aimait ces petites choses, le goût âcre qu’elles laissaient sur sa langue. Ce n’était pas pareil que celui plus salé du sperme mais c’était ce genre de saveur qu’il aimait sentir au fond de sa gorge à la fin d’une journée. Le plus souvent, il ne sentait que l’odeur d’alcool et de vomis quand il devait s’occuper de ramener le Capitaine à bon port. Se dessinent sur l’écran sombre de ses paupière les grands yeux clairs comme un océan. Avec cette violente tempête qui rugit au fond des pupilles. Il peut même y voir un bateau en train de sombrer. C’était sûrement lui, sur ce radeau de la méduse. Parce que ça faisait bien longtemps qu’il s’était échoué dans la mer de James Hook. Il s’y était noyé, profondément. Et il n’y avait désormais rien ni personne pour le sauver. Son Capitaine aurait raison de sa folie, de son âme. Hook aurait raison de sa vie. Mais William ne pouvait s’empêcher de revenir auprès de lui, à chaque fois. De lui revenir tout le temps. Et ce soir encore, il va traverser les rues jusqu’au Hyena Club. Ce soir encore, il va rechercher les yeux trop assombris et voilés d’alcool dans la foule. Parce que sa vie ne s’est toujours résumée qu’à cette paire de yeux pour lesquels il a vendu jusqu’à la dernière parcelle de noirceur de son âme. Alors il ne s’étonne pas de pousser les portes du club, d’être percuté par le brouhaha des clients, aveuglé par les spotlights. Les corps se déhanchent sur la scène, ou contre d’autres corps encore. Toute sa peau s’électrise. C’est comme si le sang commençait à bouillir dans ses veines, parce que l’ambiance du Hyena Club réveiller quelque chose en lui. Une sorte de bête monstrueuse qui lui bouffe les entrailles, qui réveille un feu dans le creux de ses reins jusqu’à ce qu’elle hurle. Hurle de douleur et de plaisir mêlée, le corps arqué, cambré. Le corps cassé. Et c’est bon. C’est bon de la sentir qui prend vie le temps d’une soirée, chaque fois qu’il vient rejoindre son Capitaine. Il l’aperçoit, dans un coin de la pièce. Il ne discerne que son regard, comme à chaque fois. Ce regard qui lui de folie, comme le sien. « Bonsoir Capitaine, William lâche, la voix rocailleuse, quand il l’a rejoint. Bonne soirée ? » Encore une voix, il n’y aura que des mots incohérents. Salaces. Il y aura les sourires suffisants, graveleux. Les sourires qui donnent à Smee des pensées dégoûtantes mais pourtant si plaisantes aussi. Et il se déteste un peu pour ça. Mais il aime un peu trop ça. Alors, il revient. À chaque fois.

_________________


I BOW DOWN TO PRAY
comme à un rocher, comme à un pêché, je suis accroché à toi. je suis fatigué, je suis épuisé de faire semblant d’être heureux quand ils sont là. je bois toutes les nuits mais tous les whiskys pour moi ont le même goût et tous les bateaux portent ton drapeau. je ne sais plus où aller, tu es partout. et je suis malade.

Revenir en haut Aller en bas
les vilains de pixie
avatar

Faites place à la vedette
James C. Hook

Nombre de messages : 9
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOOK ✩ you make me wanna die.   Lun 17 Juil - 0:09


You make me wanna die

Le réveil fut compliqué aujourd'hui. Mal de crâne, courbatures, bouche pâteuse. Une fois de plus j'avais fini ivre hier soir. Les couleurs de la pièce, le lit, les couvertures, tout porte à croire que j'ai dormir au manoir, dans ma chambre qui plus est. Comment j'ai réussi ? Ça, c'est un mystère, toujours est-il que la journée va être longue. Peu d'animation en début d'après-midi, mais ce soir… C'est à ce moment que tout commence, là où les affaires sont intéressantes, là où je peux jouir de ma puissance ! Une bonne douche, un petit-déjeuner complet et me voilà partie. Les rues sont animées de touristes, toutes nationalités confondues. Qu'ils sont pitoyables, émerveillé, les appareils photos dans une main, une carte dans l'autre, à s'arrêter toutes les cinq minutes, bloquant le passage. Comme à mon habitude, je les bouscule sans aucun scrupule. Aucune gentillesse envers ces étrangers. Après tout, je suis le Capitaine Crochet ! La gentillesse, la douceur, je ne connais pas. Après 20 min à me battre, je réussis enfin à regagner le Hyena Club, il n'y a personne, seuls les employés sont présents. La porte ouverte, chacun s'affaire à sa tâche alors que je me rends dans mon bureau, ordonnant à qui se soit, de ne pas me déranger. Les rendez-vous s'enchaînent, tout comme les verres. Ce n'est qu'en fin de journée, que j'ai un temps de répit. Cigarette à la bouche, je sors mon carnet dans lequel j'inscris mes pensées les plus obscènes. Elles concernent principalement, ma soif de vengeance envers ce môme, mais aussi envers Smee. Cet homme qui hante mes nuits sans le savoir. Cet homme qui me met dans mes états quand je suis seul à penser à lui. Pourquoi agir ainsi avec lui, si je ressens des sentiments pour lui ? Arrêter d'être cruel, d'être violent et malsain, pour devenir un agneau, reviendrait à tuer le Capitaine Crochet, pour faire place à un nouveau James et laisser Peter sans sortir ? JAMAIS.

Je jouis de mon pouvoir sur quiconque s'approche de moi, William le premier. À l'inverse de beaucoup, je jouis de cette hiérarchie que je lui impose. Dominant le pauvre jeune homme, sans aucune compassion pour lui, ainsi est ma façon d'être. Cela n'a pas l'air de le déranger. Il revient toujours, mon côté machiavélique ne l'a jamais effrayé, alors à quoi bon s'arrêter maintenant alors que je peux obtenir tout ce que je veux de lui ? Mon cœur bat si vite, que j'ai du mal à me calmer, la porte de mon bureau est barrée, personne ne peut me voir. Je suis dans tous mes états, j'ai besoin de sentir son corps contre le mien maintenant. J'ai besoin de calmer mes envies. De nombreuses femmes sont prêtes à me recevoir, elles n'attendent que ça. Mais moi, je le veux lui et je l'aurais, ce soir, quand il me rejoindra ! Quoi qu'il dise, je ne lui laisse pas le choix, j'en ai besoin, je dois combler le manque.

La nuit commence a tombé sur Fantasia Hill. De nouveaux clients nous rejoignent, tout comme les habitués du club. Chacun se concentre sur ce qu'il lui plaît. Dans un coin, je surveille les salariés, m'assurant que tout ce passe pour le mieux, pour nos clients. Je hausse le ton sur une nouvelle, qui semble être gauche de ses deux mains. Au prix où je les paye, je ne peux accepter ce genre de choses. Je la menace, je lève la main sans jamais la toucher. Un simple avertissement qui fonctionne parfaitement. Un sourire satisfait se dessine sur mon visage. Je continue mon tour, montant les étages. Je m'adresse à « mes filles », je questionne les clients, les regarde agir. Lassé de cette agitation, je redescends. Je m'installe dans un coin, une bouteille de rhum à la main, j'observe ces corps qui se rapprochent, se frôlent, se touchent… La porte d'entrée s'ouvre. Je lance un regard discret. Il arrive enfin. Je me retiens d'agir comme un crétin, tenant mon rôle a la perfection. Je le vois s'approcher de moi, me saluer. Mon cœur rate un battement. Smee. Rien de plus que son nom de famille pour le saluer. Je ne vais pas en faire des tonnes, le prendre dans mes bras, le remercier d'être venue, lui taper la bise et faire comme si on était les meilleurs amis du monde. Des limites s'imposent ! Les affaires marchent bien oui. Est-ce l'alcool, ou bien mon cerveau qui me joue des tours, je n'en sais trop rien. Mon appétit s'est éveillé, alors qu'il s'approchait de moi. Je mourrais d'envie de l'attraper, de l'emmener dans mon bureau et de lui prouver qui je suis vraiment. Mais je ne m'en sens pas capable. Pas de cette façon, il ne doit se douter de rien. Je dois m'arranger pour l'obliger à venir avec moi et faire passer ce geste plus comme de la satisfaction personnelle, que comme un acte que je pourrais regretter plus tard.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
HOOK ✩ you make me wanna die.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Make me wanna scream ▬ Jayden
» ariadna + make me wanna die
» You make me wanna die (Nell)
» Make me wanna die ◊ Azael
» make me wanna die (james)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIXIE DUST ::  :: Skyline Square :: Hyena Club-
Sauter vers: