Partagez | 
 

 (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wendy
avatar

Faites place à la vedette
Wendy M.-A. Darling

Nombre de messages : 789
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Ven 21 Avr - 13:32


   
ft. Smee & Wendy

   
Raconte-moi une histoire.

   
   

   
Elle avait passé la journée à discuter avec Peter et elle était donc d’excellente humeur. Chaque fois, il réalisait l’exploit de lui donner le sourire simplement avec ses mots écrits sur de petits papiers, chaque fois, il réchauffait son cœur, chaque fois elle prenait un plaisir fou à échanger avec lui. Il était son rayon de soleil dans cette vie sombre et particulière, il était son homme mystère qu’elle aimait imaginer et introduire dans ses histoires, il était son jardin secret aussi, celui qu’elle ne gardait que pour elle et dont elle ne parlait surtout pas à Smee. Smee qui venait de passer le pas de la porte. Wendy lui sourit et s’approcha pour attraper sa veste qu’il laissait derrière lui et la ranger. Comme une mère à son enfant, elle lui demanda avec tendresse « Tu as passé une bonne journée ? ». Étrange sentiment que de ressentir de l’attachement pour son geôlier, celui qui l’avait enfermée ici pour ne la garder que pour lui. Et pourtant la jeune femme ne pouvait se résoudre à lui en vouloir. Il était fragile, elle le savait, elle le sentait. Il n’avait jamais reçu l’amour nécessaire et il avait besoin de combler ce manque, elle se persuadait donc que sa manière de faire, sa manière de la retenir, n’était que de la maladresse. Smee avait toujours dû brusquer les autres en étant pirate, il ne savait pas faire autrement, elle ne pouvait pas lui en tenir rigueur. Wendy elle, avait toujours été une jeune femme débordante d’amour, qui donnait de la tendresse à toutes les personnes qui l’entouraient. C’était peut-être le prix de l’équilibre pour chacun d’eux d’être enfermés ici ensemble.

Wendy s’avança vers le pirate et désigna le petit coin aménagé avec une plaque de cuisson et un mini-four. « Je ne sais pas si tu as mangé mais j’ai préparé un gratin dauphinois, je sais que tu aimes ça. » Une délicieuse odeur s’échappait du four la mettant en appétit. Elle espérait que Smee serait de bonne composition ce soir, qu’ils passeraient une agréable soirée qui serait dans la lignée de sa journée. Le sourire ne quittait pas ses lèvres, encourageant cet homme sombre à en faire autant. Elle redoutait ses excès de mauvaise humeur, elle savait qu’il se déchainait sur elle quand c’était le cas et elle ne voulait pas en arriver là, elle ne voulait pas qu’une si belle journée soit gâchée par une dispute.
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Smee
avatar

Faites place à la vedette
William Smee

Nombre de messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Sam 22 Avr - 11:54


“raconte-moi une histoire.” william & wendy


La journée avait été longue. La journée avait été dure. La journée avait été morose et il sentait ce vague à l’âme habituel qui lui envahissait la poitrine. William ne se rappelait pas de la dernière fois qu’il avait été véritablement heureux. Il n’était même pas certain d’avoir jamais connu ce sentiment léger du bonheur dans sa vie. Ou plutôt, il se souvenait d’un moment de son existence où tout s’était arrêté. Où tout avait semblé différent, l’espace d’un instant. Et Smee faisait toujours de grands efforts pour ne pas y repenser. Pour ne pas ressentir cette mélancolie qui le prenait à la gorge trop de fois. Pourtant, chaque fois qu’il la voyait, c’était le cas. Chaque fois qu’il posait ses yeux sur ce corps frêle de jeune femme, il y avait cette sensation étouffante qui lui serrait la poitrine. Certains jours, il pensait avoir été fou de croire que la présence de Wendy dans sa vie ferait disparaître l’obscurité de son âme. Il pensait avoir été fou de croire qu’elle pourrait le sauver de lui-même. Parce que Wendy était celle qui lui rappelait de ce qu’était la douceur d’une mère, l’amour chaleureux d’une famille. Et, en son for intérieur, il savait bien que tout ça était faux. Qu’elle n’agissait ainsi avec lui que parce qu’elle avait peur de lui, parce qu’elle redoutait ses colères et sa violence. Alors elle faisait en sorte de le satisfaire, d’être toujours absolument parfaite pour lui. Pour s’éviter des crises aussi violentes qu’une tempête en pleine mer. Et William la détestait pour ça. Il la détestait autant qu’il aimait savoir qu’elle serait là ce soir, à l’attendre, comme tous les autres soirs de la semaine. Un jour viendrait où elle trouverait le moyen de le quitter, de l’abandonner elle aussi. Alors, le pirate pourrait dire adieu à ses contes du soir, à sa jolie voix qui l’aidait à s’endormir. Alors, le pirate pourrait dire au revoir à tout ce qu’il aime dans ce nouveau monde qui n’est pas le sien.

Ce soir, il a longuement hésité à rentrer après son service. Il a essayé de se trouver l’excuse de rapports à taper, de procès-verbaux à rédiger. Il a essayé de se trouver l’excuse de travail en retard alors qu’il est toujours le premier à éviter les dossiers traînant sur son bureau en pagaille. Parce que William ne se sent pas d’humeur à supporter le regard trop clair. À participer à cette pantomime qui n’a pas de sens. Elle avait un sens, peut-être, au début. Quand il avait encore la folie de croire que Wendy ne serait qu’à lui. Mais Wendy n’était pas à lui. Elle n’était à lui que parce qu’il la retenait prisonnière, que parce qu’il la gardait enfermée dans sa chambre du manoir. Il a bu un peu d’alcool sur le chemin, laissant le liquide ambré lui réchauffer les entrailles comme pour lui donner la sensation d’avoir quelque chose de vivant à l’intérieur. Il a soupiré quand il a vu se dessiner la bâtisse du Manoir Cogsworth sous ses yeux fatigués. Il a passé la porte de sa chambre et il a senti l’odeur de la cuisine. Ça sentait bon. Comme à chaque fois. Une autre raison pour laquelle il détestait Wendy – elle cuisinait pour lui. Pour eux. « Comme d’habitude, grogne William avec humeur. » Il laisse tomber sa veste, parce qu’il sait qu’elle se précipitera pour la ramasser, la pendre à un porte-manteau. Pourquoi faire des efforts, alors que Wendy était là ? S’asseyant sur son lit, Smee reste de marbre quand la jeune femme lui annonce avoir préparé un plat qu’il aime. Bien sûr qu’elle a fait un gratin. Il aime les gratins, alors elle a fait un gratin. Et elle arborait toujours ce sourire plein de tendresse et de joie qu’il arborait. Parce que William ne voyait jamais ce même sourire quand il se regardait dans le miroir. « Okay. J’ai faim. » Il ne bouge pas. Il attend qu’elle le serve. Parce que c’est ainsi qu’ils fonctionnent, tous les deux : elle se plie en quatre pour le satisfaire pendant qu’il râle et bougonne, pendant qu’il fait sa mauvaise tête. « T’as fait quoi, toi ? » De temps en temps, il a une question qui s’échappe. Comme s’il avait l’espoir de tenir une conversation. Comme s’il voulait lui montrer que, quelque part, lui aussi s’intéresse vraiment à elle.

_________________


I BOW DOWN TO PRAY
comme à un rocher, comme à un pêché, je suis accroché à toi. je suis fatigué, je suis épuisé de faire semblant d’être heureux quand ils sont là. je bois toutes les nuits mais tous les whiskys pour moi ont le même goût et tous les bateaux portent ton drapeau. je ne sais plus où aller, tu es partout. et je suis malade.

Revenir en haut Aller en bas
Wendy
avatar

Faites place à la vedette
Wendy M.-A. Darling

Nombre de messages : 789
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Ven 19 Mai - 10:58


   
ft. Smee & Wendy

   
Raconte-moi une histoire.

   
   

   
Quand on ne côtoie qu’une personne et une seule, quand on ne peut analyser les mimiques que d’une personne et une seule, alors on apprend à connaître cette personne par cœur. C’est ce qui arrivait avec Smee. Wendy passait tant de temps à dévorer des yeux ce visage humain, le seul qu’elle pouvait observer, qu’elle savait en un battement de cils ce qu’il ressentait ou ce qu’il pensait. Elle savait parfaitement que la tristesse était un sentiment qui ne le quittait jamais, elle savait parfaitement qu’il voyait en elle à la fois une délivrance lui permettant de s’évader et à la fois une femme aimante et chaleureuse qui lui rappelait ce qu’il n’était pas. Wendy savait qu’il l’aimait et qu’il la détestait. Elle s’en accommodait, restant fidèle à elle-même quelle que soit l’humeur du pirate, car elle était ainsi franche et entière. Elle ne savait pas faire autrement, elle ne savait pas mentir. Elle ne savait que jouer des rôles parfois, pour se plier aux exigences de ses interlocuteurs, car elle était ainsi, elle avait été élevée ainsi. Satisfaire les autres était sa priorité et le serait toujours. Ce soir, de tout son cœur, la jeune femme avait espéré que le pirate serait dans un bon jour, qu’ils pourraient profiter d’un moment d’apaisement ensemble. Elle s’était voilé la face quand il était entré dans la pièce, elle avait souri, elle avait tenté de le faire changer d’humeur, ne l’avait pas écouté grommeler. Elle savait pourtant que ses efforts seraient vains, ils étaient toujours vain quand Smee avait la tête des mauvais jours, le regard plein de mélancolie, de lassitude, comme c’était le cas ce soir. Quand il était ainsi, elle ne pouvait rien faire pour changer les choses. Elle essayait pourtant, elle essayait chaque fois dans l’espoir d’y parvenir.

« Okay. J’ai faim. ». Sans se formaliser de cette brusquerie et de se manque de délicatesse, Wendy hocha la tête et se tourna vers la cuisinière pour sortir le plat du four. « T’as fait quoi, toi ?. Sa question la prit de court car il demandait rarement de ses nouvelles, il demandait rarement ce qu’elle faisait ou comment elle se sentait. Elle fut si surprise qu’elle fut à deux doigts de se brûler avec le gratin. Elle parvint à le poser sans accident et respira un bon coup le plus silencieusement possible. C’est là que l’exercice allait se compliquer car elle allait devoir mentir, ou du moins omettre une partie de la vérité. Elle ne pouvait pas lui parler de Harper, lui dire qu’elle échangeait des mots avec un jeune homme à travers la porte, elle ne pouvait pas lui dire que quand c’était le cas, son cœur s’emplissait de bonheur et de chaleur… Il ne tolérerait pas cette situation. S’il apprenait un jour l’existence de cette relation, elle avait peur des conséquences, alors elle resta dos à lui, servant le repas dans les assiettes avec application pour se donner une contenance et ne pas croiser son regard. Si elle croisait son regard, il pourrait y lire la vérité. « Oh pas grand-chose, j’ai nettoyé la chambre puis j’ai lu le dernier livre de contes que tu m’as apporté de la bibliothèque. D’ailleurs, je l’ai terminé, pourras-tu m’en apporter un autre ? ». Wendy saisit les plateaux repas et apporta le sien à Smee avant de continuer avec douceur. « J’ai trouvé d’autres idées pour tes histoires du soir dans ce livre. ». Elle sourit et retourna chercher son repas, s’installant sur son lit pour le déguster. « Et toi, comment s’est passée ta journée ? ». Elle posait toujours cette question avec une pointe d’appréhension car elle ne savait jamais comment il allait réagir. Mais elle s’intéressait à lui, et nourrissait toujours ce fameux espoir de parvenir à le soulager de sa tristesse, ne serait-ce que pour de courts instants, alors elle posait toujours cette question, quoiqu’il lui en coûte.
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Smee
avatar

Faites place à la vedette
William Smee

Nombre de messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Jeu 25 Mai - 10:50


“raconte-moi une histoire.” william & wendy


Vivre avec Wendy était à la fois une bénédiction et un tourment pour William. Parce qu’il appréciait sa douceur autant qu’il l’exécrait. Parfois, il s’imaginait lui arracher son sourire de Maman, lui arracher ses grands yeux tendres. Juste pour sentir son sang sur ses mains. Juste parce qu’il ne supportait pas sa tendresse – une tendresse qu’il ne méritait pas, au fond. Juste parce qu’il était complètement fou et qu’elle déclenchait en lui des vagues d’une violence inouïe. Smee ne voulait pas lui faire de mal, pourtant. Pas ainsi. Pas autant. Parce que les histoires qu’elle lui racontait le soir avait quelque chose d’apaisant. Parce que sa présence avait quelque chose de doux pour lui, sur son cœur blessé. Et même s’il était souvent grognon, même s’il n’était jamais vraiment de bonne humeur avec elle, ça ne l’empêchait pas d’apprécier ce qu’elle faisait pour lui. Malgré tout. Certaines nuits, il se réveillait alors que tout était encore sombre et il restait à fixer le plafond de la chambre, à entendre sa respiration lente et mesurée. William se demandait alors ce qu’elle pouvait bien faire là, avec lui, à rester dans cette chambre sans même tenter de s’enfuir. Elle avait donc si peur de lui ? Probablement. Ou peut-être qu’à force de la menacer, de lui hurler parfois dessus, Wendy avait fini par accepter son sort. Mouche aurait voulu pouvoir se persuader qu’elle n’était pas si malheureuse dans leur petit monde qui ne comptait qu’eux deux. Mais il savait bien que ce n’était pas le cas, que si elle semblait sincère dans ses sourires, la jeune femme devait rêver d’autre chose que tout ça. Et si le brun avait été altruiste, s’il avait écouté cette petite voix au fond de son esprit, il l’aurait laissée partir. Il l’aurait laissée libre. Mais William était bien trop égoïste, bien trop effrayé aussi de la voir tourner les talons. Parce que s’il ne la retenait pas ici, comment pouvait-il espérer qu’elle reste avec lui ? Qu’elle revienne un jour, même simplement pour le voir, lui ? Smee n’était pas son ami. Smee n’était même rien pour elle sinon un bourreau. Et une fois libérée de ses chaînes, elle n’avait aucune raison de retrouver celui qui lui avait volé sa vie. « Tu lis beaucoup, il commente d’une voix bourrue. » Bien sûr que Wendy passait son temps à lire. C’était à peu près la seule activité qu’il lui restait dans cette chambre ; c’était tout ce qu’elle pouvait faire pour passer le temps ici. Et si elle ne lisait pas, elle ne pourrait pas lui raconter d’histoire.

« Je passerai à la bibliothèque demain en revenant du travail, promet-il finalement, en observant la démarche fluide de la jeune femme lui apportant son repas. » Quelque part, William aimait pouvoir lui faire un peu plaisir, parfois. Il savait que lui ramener un livre de la bibliothèque du Manoir lui faisait plaisir alors ça ne le dérangeait pas outre mesure d’y faire un tour pour en choisir un au hasard. Peut-être que cette fois, il lui en ramènerait un sur les pirates. Il aimait les histoires de pirates – ça lui rappelait tout ce qui n’existait plus aujourd’hui. Ça lui rappelait Hook qui dépérissait loin des flots. Qui noyait sa déprime dans des litres d’alcool chaque soir. « Comme d’habitude. » Il hausse les épaules puis avale une première bouchée de gratin. La nourriture lui brûle un peu la langue et le palais mais il aime bien cette sensation. Ça fait juste un peu mal. Mais ça réveille surtout en lui cette sensation d’être vivant malgré tout. « Ma partenaire me casse les… pieds, il lâche en se reprenant de justesse pour éviter la vulgarité. Elle n’est pas amusante et elle n’est jamais contente. » Mais peut-être était-ce parce qu’il la poussait toujours à bout. Peut-être était-ce parce qu’il aimait la faire enrager, parce qu’elle avait le nez qui se retroussait, comme celui d’un lapin. Smee aimait son travail pourtant – il était juste incapable de suivre les règles, de ne pas tremper dans des affaires louches. Et c’était ce que la gamine lui reprochait tout le temps. Il jette un coup d’œil à Wendy, remarque son regard posé sur lui. Il sait bien qu’elle aimerait qu’il lui parle plus, qu’il ne répète pas toujours ces mêmes phrases insipides qui n’ont plus de sens aujourd’hui. Mais ça ne lui semble pas si intéressant que ça, au fond. Ses journées se ressemblaient. Un cycle infernal qui n’avait pas de fin. « J’ai vu James aussi, quelques minutes. » Juste avant que son capitaine ne sombre dans sa mer d’alcool.

_________________


I BOW DOWN TO PRAY
comme à un rocher, comme à un pêché, je suis accroché à toi. je suis fatigué, je suis épuisé de faire semblant d’être heureux quand ils sont là. je bois toutes les nuits mais tous les whiskys pour moi ont le même goût et tous les bateaux portent ton drapeau. je ne sais plus où aller, tu es partout. et je suis malade.

Revenir en haut Aller en bas
Wendy
avatar

Faites place à la vedette
Wendy M.-A. Darling

Nombre de messages : 789
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Jeu 15 Juin - 20:24


   
ft. Smee & Wendy

   
Raconte-moi une histoire.

   
   

   
Il était son bourreau. Il était celui qui l’avait enlevée et enfermée dans une chambre. Il était celui qui lui hurlait dessus, qui la menaçait parfois. Il était à l’origine des souffrances de Wendy et pourtant elle ne parvenait pas à le détester. Parfois après l’un de ses accès de violence, elle était en colère contre lui, très en colère. Parfois elle lui en voulait du plus profond de son être. Mais ce n’était que passager, ça ne durait jamais, car au fond de son cœur, elle aimait Smee. Elle ne l’aimait pas comme on aime dans les romans, avec des papillons dans le ventre et des étoiles plein les yeux. Non, elle l’aimait plutôt comme un frère. Un frère qui allait mal et qu’elle devait aider, un frère dont elle devait prendre soin. Peut-être était-ce la raison de sa présence ici ? Smee avait besoin d’une famille et il fallait bien que quelqu’un la lui offre. Wendy avait toujours veillé sur les autres et ça ne changeait pas dans ce monde. Depuis qu’elle était là, elle avait occulté le reste, elle ne pensait pas à Michel et Jean ou à ses enfants, c’était trop douloureux. Elle se concentrait seulement sur sa mission : aider le pirate. Au-delà du fait qu’il lui faisait peur, elle ne voulait pas l’abandonner. Oui elle rêvait parfois de quitter ce lieu triste et sombre, encore plus quand elle parlait avec Peter et qu’elle s’imaginait le voir en vrai, admirer son visage, toucher sa peau, observer ses yeux, parcourir la ville avec lui. Oui la vie à l’extérieur la faisait rêver. Mais elle ne faisait pas de tentative pour quitter cette chambre, pas pour le moment car elle aurait beaucoup trop de remords si elle abandonnait Smee à sa solitude. Elle savait qu’une fois partie, elle ne le reverrait pas, qu’il n’accepterait pas qu’elle fasse partie de sa vie d’une autre manière même si elle insistait. Toute relation autre avec lui semblait d’ailleurs difficile à envisager aux vues de la situation actuelle. Et puis l’idée de quitter ce lieu familier l’effrayait, elle avait peur de ne plus y arriver dehors, de ne plus réussir à vivre normalement avec les autres. Wendy était donc partagée entre ces deux sentiments totalement opposés : vivre ici ou vivre dans le monde réel.  

« Tu lis beaucoup ». Ces mots la piquèrent au vif alors qu’elle était plongée dans ses pensées à propos de son mode de vie et de ce qu’elle désirait. Il ne disait pas cela méchamment certes, mais elle n’avait pas beaucoup d’autres occupations ici alors forcément elle lisait. Wendy ne répondit pas et avança avec les plateaux. Il lui faisait souvent cette remarque et elle réagissait toujours pareil. Il finissait toujours par lui apporter de nouveaux livres alors quelque part, il devait la comprendre, il fallait simplement qu’elle mette sa susceptibilité de côté.  « Je passerai à la bibliothèque demain en revenant du travail. » Ses dires la rassurèrent et elle souffla un peu, lui offrant un sourire franc. « Merci. Tu sais, je ne peux pas m’empêcher de lire, tous ces univers à part me fascinent, me permettent de m’évader et de rêver. Je découvre tant de choses avec les livres, je vis toutes les vies que je n’ai pas eues à travers les personnages, c’est fascinant ! ». Un sourire timide se dessina sur son visage alors qu’elle venait de se livrer un peu. Les mots lui avaient échappés, elle avait eu besoin de partager ses sentiments avec lui à défaut de lui cacher ce qu’elle vivait avec Peter et qui aurait pu être l’une des histoires de ses romans. Lui ne s’étendit pas sur sa journée, comme toujours, il restait évasif, ne se confiait pas. Un jour peut-être, il oserait en dire plus, c’était déjà beaucoup pour lui d’avoir une conversation normale avec elle et elle saisissait l’instant présent. « Ma partenaire me casse les… pieds. Elle n’est pas amusante et elle n’est jamais contente.  » Wendy qui allait avaler une bouchée de gratin arrêta sa fourchette pour le regarder et imaginer la tête de Judy, toujours tellement dynamique. Elle avait eu l’occasion de rencontrer la jeune femme à son arrivée dans ce monde et elle s’était très bien entendue avec elle, elle aimait sa motivation à toutes épreuves et son sourire, mais elle imaginait tout à fait le contraste que cela créait avec Smee. Il lui en parlait souvent de cette coéquipière si particulière qui avait un sens de la justice très différent de celui du pirate. « Vous faites un improbable duo, il faut le reconnaitre ! Je suis certaine que pourtant, au fond, même si elle te casse les pieds comme toujours, tu aimes travailler avec elle. Quel était le sujet de discorde aujourd’hui ? ». La jeune était intéressée par la moindre bribe d’information provenant de l’extérieur. Elle continuait son repas quand il en dit un peu plus. « J’ai vu James aussi, quelques minutes.  ». Elle écarquilla les yeux et pencha la tête sur le côté pour observer Smee. Comme chaque fois qu’il parlait du capitaine il semblait bouleversé. Elle savait, elle avait compris quels étaient ses sentiments pour lui et le sujet était toujours très sensible. Il ne semblait pas ravi de sa rencontre, cependant elle ne pouvait pas rester muette à ce sujet. Quitte à se faire rabrouer, elle murmura d’une voix douce « Oh. Comment ça c’est passé ? ». Wendy termina son assiette. Cette soirée semblait se dérouler mieux que ce qu’elle aurait pensé quand il était entré dans la pièce et elle espérait que ça ne changerait pas avec cette discussion. Pour le distraire, elle proposa : « Si tu veux je te lis une histoire de mon livre de contes ensuite ! ».
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Smee
avatar

Faites place à la vedette
William Smee

Nombre de messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Ven 23 Juin - 10:18


“raconte-moi une histoire.” william & wendy


William ne pouvait pas s’empêcher d’avoir souvent ce genre de remarques un peu désagréables et il voyait au fond du regard de Wendy qu’elle était blessée par ce qu’il disait. Il ne pensait pas à mal – en vérité, il ne pensait pas tout court. C’était juste des remarques. Comme ça. Parce qu’il n’était pas doué du tout pour faire la conversation et qu’il était bien plus habile de ses poings en temps normal. Mais la présence de la Miss Darling dans sa chambre l’avait forcé à s’ouvrir un peu. À devoir faire l’effort supplémentaire. Quelque part, il se sentait moins coupable de la séquestrer s’il se montrait poli et lui parlait un peu, discutait avec elle de sa journée. Smee savait bien que ça ne changeait rien à ce qu’il lui avait fait, ce qu’il l’obligeait à sur chaque jour mais il essayait au moins de s’en convaincre. Ça l’aidait à mieux dormir la nuit – enfin, ça, c’était surtout les histoires de Wendy. Alors bien évidemment que le brun irait jusqu’à la bibliothèque du Manoir pour lui rapporter un ou peut-être même deux livres. Il aurait voulu faire ça par simple gentillesse, par simple envie de lui faire plaisir et de voir disparaître l’ombre dans ses yeux clairs mais c’était surtout par égoïsme. Mouche n’était pas altruiste. Il savait que si sa prisonnière ne lisait pas, ne s’inspirait pas de ses lectures, il n’obtiendrait pas d’histoire le soir. Il n’aurait pas son petit récit qu’il affectionnait tant. « Ouais, je suppose, qu’il rétorque un peu sombrement devant l’engouement de la jeune femme. » Il comprend pourtant quelque part qu’elle soit si emballée par ses livres – il l’est tout autant lorsque cela concerne ses histoires ; il l’était tout autant lorsqu’il s’agissait de voguer les mers sur le Jolly Roger. « Je comprends pas pourquoi tu as pas voulu être pirate avec Crochet et moi, alors. Je comprends pas pourquoi t’as préféré Pan. » C’était une chose à laquelle il s’était toujours refusé de penser depuis qu’il vivait avec elle parce que le souvenir de la trahison de Wendy le mettait encore en colère. À l’entendre, elle rêvait d’aventure alors quoi de mieux que de vivre sur un bateau de pirates ? Elle aurait conté ses histoires aux matelots. Elle aurait été heureuse.

Mais William ne voulait pas y réfléchir. Ça lui était égal maintenant puisqu’il avait Wendy pour lui tout seul. Ça lui était égal puisqu’il n’avait pas besoin de la partager avec Peter Pan ou les Enfants Perdus du Pays Imaginaire. C’était lui qui avait gagné – Mouche, le second un peu stupide que personne ne remarquait jamais. Smee grogne un peu quand il entend la brunette prendre la défense de sa partenaire. Levant les yeux au ciel, il entend encore la voix désagréable d’Adélaïde résonner à ses oreilles. Ils faisaient certes un duo improbable mais lui n’en tirait aucune satisfaction. « J’ai pas voulu remplir les rapports. Ils traînent sur mon bureau depuis deux semaines, bougonne Smee sans vouloir admettre qu’il était finalement en tort dans cette histoire. Je trouve ça ennuyeux. J’aime pas m’ennuyer. » Sans s’en rendre compte, il vide petit à petit son assiette. Wendy était peut-être douée pour raconter des histoires mais elle l’était aussi quand il s’agissait de cuisiner. Et Smee savait au fond de lui que si elle n’était pas là pour lui préparer ses repas, il ne mangerait pas aussi bien. Ni aussi régulièrement. Il serait plutôt du genre à ouvrir une boîte de sardines et à manger avec les doigts. « Comme d’habitude. Il m’a fait comprendre que je le dérangeais alors il m’a renvoyé là d’où je venais. » C’était toujours un peu compliqué de parler de Hook pour lui. Parce qu’il y avait ces sentiments ambivalents qui le taraudaient et qu’il ne savait pas quoi en faire pour l’instant. Parce qu’il aimait autant qu’il haïssait son Capitaine. Il savait parfaitement que Crochet ne l’accueillerait pas à bras ouverts mais il faisait toujours ce même détour pour aller le voir malgré tout. C’était aussi un des bienfaits des histoires de Wendy : elles apaisaient l’aigreur, l’amertume au fond de sa gorge chaque fois qu’il pensait à lui. Smee en oubliait la douleur et la honte. Smee en oubliait les envies passionnelles et malsaines qui le prenaient aux tripes à chaque fois qu’il le voyait. « J’ai vu… J’ai vu un gars au commissariat qui regardait un gros bouquin avec plein de photos de partout dans le monde. Je sais pas trop ce que c’était mais ça avait l’air bien. T’as dit que t’aimais les voyages. T’aimerais un bouquin comme ça ? »

_________________


I BOW DOWN TO PRAY
comme à un rocher, comme à un pêché, je suis accroché à toi. je suis fatigué, je suis épuisé de faire semblant d’être heureux quand ils sont là. je bois toutes les nuits mais tous les whiskys pour moi ont le même goût et tous les bateaux portent ton drapeau. je ne sais plus où aller, tu es partout. et je suis malade.

Revenir en haut Aller en bas
Wendy
avatar

Faites place à la vedette
Wendy M.-A. Darling

Nombre de messages : 789
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   Mar 22 Aoû - 11:30


   
ft. Smee & Wendy

   
Raconte-moi une histoire.

   
   

   
Contre toute attente, Wendy passait des moments bien souvent agréables enfermée dans cette chambre avec ce pirate bougon. Elle passait de bons moments car elle s’était donné pour mission de le changer, ne serait-ce qu’un peu, de lui permettre de s’ouvrir, de parler, de se changer les idées, d’entretenir une conversation non agressive avec quelqu’un. Sa personnalité mal-aimable n’était jamais bien loin, rien n’était jamais acquis ni simple avec lui, mais pourtant, par moments, elle entrevoyait une autre facette de cet homme qui c’était construit une carapace. Elle entrevoyait une personne sensible, qui comme toute autre, avait besoin d’affection. Wendy n’arrivait pas toujours à prendre assez de recul pour ne pas être en colère contre lui, contre ses réactions ou sa manière rustre d’agir, malgré tout avec le temps, elle se disait qu’elle aussi avait bien droit à des moments où elle n’était pas d’humeur. Elle n’était pas parfaite, elle tentait d’apprendre à l’accepter et c’était très difficile pour elle qui s’était toujours placé la barre très haute. « Ouais, je suppose. Je comprends pas pourquoi tu as pas voulu être pirate avec Crochet et moi, alors. Je comprends pas pourquoi t’as préféré Pan. ». Un hoquet de stupeur lui échappa. Elle ne s’était pas attendue à ce que la conversation prenne cette tournure, jamais jusqu’à maintenant le pirate n’avait réellement abordé leur passé, et surtout ce point de leur passé. Elle sentait dans le ton de sa voix, une certaine amertume, une certaine colère. Aurait-il gardé la rancœur de cet instant ? Cet instant si lointain, qui appartenait à une autre vie, une vie qu’elle tachait d’occulter pour ne pas sentir la douleur de la nostalgie s’immiscer dans son cœur. Pourtant, cette fois, maintenant qu’ils en étaient à ce point de leur discussion, elle ne pouvait pas balayer le sujet d’un simple soupir, même si Smee passait déjà à autre chose. « J’ai pas voulu remplir les rapports. Ils traînent sur mon bureau depuis deux semaines. Je trouve ça ennuyeux. J’aime pas m’ennuyer. ». Elle était distraite, ne l’écoutait plus que d’une oreille, concentrée qu’elle était sur ses paroles précédentes. Elle revivait la scène dans son esprit. L’arrivée de Peter dans sa chambre. L’excitation qu’elle avait ressentie. Le départ au Pays Imaginaire. L’émerveillement en survolant un Londres illuminé. La rencontre avec les Garçons Perdus. La soif de découverte et d’aventures. Les histoires du soir. Et puis les pirates et son enlèvement. Sa détermination à ne pas flancher pour ne pas mettre Peter en danger. La victoire. Et puis le retour à la maison, nécessaire mais si difficile. Son cœur cognait fort dans sa poitrine, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus songé à tout cela, elle l’avait volontairement retranché dans un coin de son esprit pour ne pas revivre ce bonheur qu’elle avait connu en dehors d’ici. Avant. Avant tout le reste. Avant sa vie bien rangée. Avant la Guerre. Avant la nouvelle vie. Elle secoua la tête et attrapa les deux assiettes pour aller faire la vaisselle, elle ne voulait pas que le pirate voit pas les larmes au bord de ses yeux.

« Comme d’habitude. Il m’a fait comprendre que je le dérangeais alors il m’a renvoyé là d’où je venais. ». Une nouvelle fois Wendy parvenait à déceler une pointe d’émotion dans la voix de Smee. Quand il parlait du Capitaine, c’était toujours ainsi. Elle ne comprenait pas qu’il continue à vouer une telle admiration à cet être abject qui ne faisait même pas cas de lui. Lui qui était si loyal et qui avait un tel besoin de reconnaissance. « Il ne te reconnait pas à ta juste valeur. Tu es si fidèle envers lui malgré la manière dont il te traite… ». Elle lava une assiette, frottant énergiquement, comme pour évacuer sa tristesse et sa frustration. Il prendrait peut-être mal ses paroles mais elle était toujours honnête avec lui et elle ne changerait pas. « J’ai vu… J’ai vu un gars au commissariat qui regardait un gros bouquin avec plein de photos de partout dans le monde. Je sais pas trop ce que c’était mais ça avait l’air bien. T’as dit que t’aimais les voyages. T’aimerais un bouquin comme ça ? ». Cette fois, une larme roula bel et bien sur sa joue. Heureusement, elle était tournée face à l’évier et il ne voyait pas son visage. Il lui proposait un livre de voyage, il avait pensé à elle, il avait pensé à quelqu’un d’autre que lui-même et tentait d’être agréable. Et pourtant ses paroles lui faisait mal, si mal. À quoi bon regarder des photos de paysages qu’elle ne verrait jamais ? D’une petite voix qu’elle tenta de maîtriser pour rester calme, elle articula : « Non merci, c’est très gentil d’avoir pensé que ça ne pourrait me plaire mais je préfère imaginer les voyages si je ne peux pas réellement les vivre… ». Elle termina sa vaisselle et posa la dernière assiette, puis toujours agrippée à l’évier pour se donner une contenance, elle ajouta : « Ce que tu as dit tout à l’heure à propos de Peter… Je… Oui je l’ai choisi, et je le choisirais encore. Je ne pouvais pas accepter de livrer mon ami pour qu’il se fasse tuer. C’était impossible. Moi aussi je suis loyal tu sais. ».
Revenir en haut Aller en bas

Faites place à la vedette
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Flashback) WenSmee - Raconte-moi une histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Père Castor, Raconte-moi une histoire !
» Père Castor, raconte-nous une histoire
» Raconte-moi ton histoire. Je te dirais quelle est ta voie et qui tu deviendras. [Terminé]
» Père Castor, raconte nous une histoire! - Neal
» [Libre] Raconte moi une histoire s'il te plaît

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PIXIE DUST ::  :: L’Aile Sud :: Les Dortoirs-
Sauter vers: